L'arrivée de l'enfant

L'arrivée d'un enfant, cela change la vie ! Bien sûr vous allez prévenir les amis, la famille. Mais il y a bien d'autres personnes ou institutions à prévenir de l'heureux événement.

Vous allez vite vous en rendre compte, un enfant, c'est un sacré budget ! Pour vous aider financièrement, vous allez recevoir une allocation de naissance. Parfois même plusieurs. Peut-être une prime d'adoption. Ensuite vous toucherez des allocations familiales. Et si vous êtes indépendante, vous aurez droit, après l'accouchement, à une aide financière pour votre ménage.

Votre nouvelle condition de "parent" vous fait bénéficier de divers congés, dont les plus courants sont le congé de maternité et le congé de paternité. Ces congés sont bienvenus pour faire connaissance avec votre enfant !

Passée la joie de la naissance, la dure réalité s'imposera à vous : les frais liés à l'accouchement. La facture de l'hôpital, les frais de kiné etc., sont autant de montants à sortir de votre compte ... Heureusement, tout ne sera pas à votre charge. Vous bénéficierez de divers remboursements.

  1. Le moment tant attendu est là : l'enfant est né !

    La nouvelle fait le tour de vos amis, votre famille. Tout le monde est ravi pour vous.

    Mais n'avez-vous oublié personne ?

    Il faut bien sûr déclarer la naissance à la commune du lieux de l'accouchement.

    Pour toutes informations à ce propos, voir ce site.

    Pour le cas particulier de l'enfant né à l'étranger, voir ce site.

    N'oubliez pas de prévenir également :

    • l'employeur de celui de vous deux qui aura l'enfant à charge fiscalement, car avoir un enfant à charge a un impact sur les impôts. Votre salaire net va augmenter suite à une baisse de votre précompte professionnel ;
    • la mutuelle.
       
  2. Lors de la naissance de votre enfant vous bénéficiez d'une prime : l'allocation de naissance. Cette allocation est payée à la mère.

    Pour savoir qui doit demander l'allocation de naissance, auprès de qui, comment et quel sera le montant qui vous sera versé, veuillez vous rendre sur le site de FAMIFED, agence fédérale pour les allocations familiales.

    Vous pouvez déjà demander votre allocation de naissance avant la naissance : après 24 semaines de grossesse et jusqu'à cinq ans après la naissance de l'enfant. Vous pouvez en faire la demande via ce formulaire.

  3. A certaines conditions une prime de naissance est payée par la mutuelle dans le cadre de l'assurance complémentaire. Pour toutes informations à ce propos et concernant votre cas en particulier, prenez contact avec votre mutuelle.

    Enfin, vous pourriez vous renseigner auprès de votre commune ou auprès d'associations dont vous êtes membres afin de savoir si elles octroient des primes de naissance.

  4. Comme pour la naissance, l'adoption peut entraîner l'octroi d'une prime. Elle est du même montant que la prime de naissance pour un premier enfant.

    Pour plus d'informations, voir ce site.

  5. Vous percevrez les allocations familiales à partir du mois qui suit la naissance. Si votre enfant est né le 16 avril, par exemple, vous recevrez les premières allocations familiales au mois de mai. Vers le 10 mai. Pour peu que toutes les conditions et formalités aient été remplies.

    Pour plus d'informations à ce propos, voir ailleurs sur ce site.

  6. Pour renforcer les liens entre les parents et leur enfant, plusieurs formules de congés sont disponibles : le congé de maternité, le congé de paternité et le congé d'adoption. La personne qui vit avec la mère de l'enfant sans en être le père a également droit à un congé. À cela s'ajoute pour la maman la possibilité de faire des pauses d'allaitement.
    Enfin, le papa ou la maman peuvent également envisager un congé parental dès la naissance de l'enfant.

    Le congé de maternité

    À condition que certaines formalités administratives soient remplies, vous avez droit au paiement d'un congé de maternité. Et ce, que vous soyez salariée ou indépendante.

    Suivant que vous êtes salariée ou indépendante, la durée de ce congé est différente : 15 semaines si vous êtes salariée et 8 semaines pour les indépendantes. Une partie de ce congé doit être prise avant l'accouchement, et l'autre partie après.

    Durant votre congé de maternité , vous recevrez des indemnités de maternité de votre mutuelle.

    Pour plus d'informations concernant les conditions à remplir, la durée du congé et le montant des indemnités :

    • pour les indépendantes et pour les salariées, voir ce site ;
    • pour les fonctionnaires, voir ce site.
       

    Le congé de paternité

    Les papas salariés ont aussi droit à un congé. Mais beaucoup plus court que celui des mamans : 10 jours. Pour plus d'informations quant à la durée, au montant de l'allocation et aux conditions de ce congé, voir ce site. Les fonctionnaires ont droit également à un congé, appelé congé de circonstances. Pour plus d'information à ce propos, voir ce site. Une partie de ce congé est payée par l'employeur, l'autre par la mutuelle.

    Ce congé ne concerne pas les indépendants.

    Le congé de naissance pour les co-parents

    Le co-parent est celui qui vit avec la mère de l'enfant sans en être le père.

    Le co-parent peut également avoir droit à un congé à la naissance. Ce congé est de même durée que le congé de paternité : 10 jours.

    Le co-parent ne pourra cependant avoir droit à ce congé que si l'enfant n'a pas de filiation paternelle légale, en d'autres termes, si l'enfant n'a pas de père.

    Ici aussi, une partie du congé est payée par l'employeur, l'autre partie est à charge de la mutuelle.

    Différentes conditions doivent également être remplies : pour plus d'informations à ce propos, voir ce site.

    Les pauses d'allaitement

    Si vous êtes salariée et que vous travaillez au moins 7h30 par jour, vous pouvez faire 2 x 1/2 heure de pause d'allaitement. Ces pauses sont cumulables : cela fait donc une heure par jour. Un régime similaire s'applique si vous êtes fonctionnaire.

    Si vous travaillez au moins 4h, vous pouvez faire une pause d'1/2 heure.

    Pour plus d'informations concernant le congé correspondant à ces pauses d'allaitement, voir :

    Le congé d'adoption

    Que vous soyez indépendant ou salarié vous pouvez bénéficier d'un congé d'adoption si l'enfant que vous adoptez a moins de 8 ans. Vous avez également droit à une allocation.

    La durée maximum de ce congé est la même, que vous soyez salarié ou indépendant :

    • 4 semaines si l'enfant a entre 3 et 8 ans ;
    • 6 semaines si l'enfant a moins de 3 ans.
       

    Ce congé est payé par la mutuelle :

    • en totalité pour ce qui concerne les indépendants ;
    • en toute grande partie (trois jours sont payés par l'employeur) pour ce qui concerne les salariés.
       

    Si vous faites cette adoption avec un partenaire, vous pouvez tous les deux bénéficier de ce congé.

    Pour plus d'informations à ce propos, voir ce site pour les indépendants et ce site pour les salariés.

    Un congé de même nature existe pour les travailleurs statutaires dans le secteur public.

    Pour plus d'informations à ce propos, voir ce site.

  7. Vous avez droit à 105 titres services, que vous pouvez demander à votre caisse d'assurances sociales. Ces titres services vous permettront de vous offrir une aide pour votre ménage.

    Pour plus d'informations à ce propos, voir ce site.

  8. Un accouchement coûte cher : la chambre, l'anesthésiste, le gynécologue, etc.

    Et les soins postnataux aussi : les frais de kiné notamment pour la maman.

    Une grande partie de ces frais sera remboursée par l'assurance-maladie obligatoire.

    Mais cette couverture est incomplète. Elle ne prend pas en charge certains suppléments parfois importants, si vous séjournez dans une chambre individuelle par exemple. L'assurance hospitalisation peut éventuellement prendre le relais et réduire le montant qui restera en fin de compte à votre charge.

    Mais attention, à certaines conditions seulement. Ces conditions sont reprises dans les conditions générales du contrat que vous avez avec votre assureur complémentaire. Lisez bien ces contrats quelques semaines avant la date de l'accouchement, afin de préparer celui-ci en connaissance de cause : choix d'une chambre individuelle ou non, choix de l'hôpital etc. En effet, d'un contrat à l'autre les choses peuvent être très différentes ! Ainsi, si vous vous assurez alors que vous êtes déjà enceinte, il n'est pas certain que l'accouchement et tous les frais liés à la naissance seront déjà couverts.

    Pour plus d'information concernant l'assurance soins de santé, voir ailleurs sur ce site.