Premier emploi et marché du travail

Vous avez terminé vos études et allez maintenant chercher un premier emploi. Votre carrière professionnelle va commencer : c’est une étape importante de votre vie. Lorsque vous aurez refermé la porte de l’école, débutera pour vous une période passionnante mais pleine d’inconnues. Un bon conseil : préparez-vous pour que cette période se passe au mieux !

Le diplôme en poche, vous devrez d’abord régler quelques formalités administratives afin d’être en ordre avec la loi. Vous allez aussi devoir faire des choix importants : devenir salarié, travailler comme fonctionnaire, monter votre propre affaire comme indépendant ou vous lancer dans une profession libérale … ou peut-être une combinaison de ces différents statuts.

Avant votre premier jour de travail en tant que salarié, vous aurez généralement signé un contrat de travail, un document important, débordant d’informations utiles. Ce contrat précise, entre autres, le package salarial auquel vous avez droit.  Qu’est-ce qu’un package salarial exactement ? Certains employeurs offrent en plus du salaire mensuel une assurance hospitalisation, ou des chèques repas. Votre employeur épargne peut-être pour vous dans le deuxième pilier de la pension ?  D’autres employeurs se contentent d’intervenir dans vos frais de déplacement. Tous ces éléments font partie du package salarial. Ils sont généralement mentionnés sur votre fiche de paie

  1. Lorsque vous quittez les bancs de l’école pour entrer dans le monde du travail, quelques formalités administratives doivent être réglées. Pas de panique ! C’est relativement simple et ça ne prend pas beaucoup de temps. Et, ainsi vous serez en règle si vous restez sans emploi plus longtemps que prévu.

    Inscrivez-vous comme demandeur d'emploi

    Vous venez de terminer vos études et vous n'avez pas encore trouvé de travail, ou seulement à temps partiel ? Dans ce cas, vous avez tout intérêt à vous inscrire comme demandeur d’emploi. Faites-le ! À défaut, vous pourriez perdre des droits sociaux, comme par exemple la possibilité de toucher une allocation de chômage à l'avenir.

    Pour vous inscrire comme demandeur d’emploi, rendez-vous à votre service régional de l'emploi :

    Vous pouvez également vous inscrire comme demandeur d’emploi en ligne sur le site de votre service régional de l’emploi.

    Dès que vous êtes inscrit comme demandeur d’emploi, vous entamez votre stage d’insertion professionnelle, l’ancienne ‘période d’attente’.
    Le stage d’insertion professionnelle dure une petite année. Une fois cette période terminée, si vous n’avez pas encore trouvé de travail, vous aurez peut-être droit à une indemnité : l’allocation d’insertion.
    Depuis le 1er janvier 2015, les conditions d’obtention d’une allocation d'insertion ont été durcies. Vous trouverez les conditions d'octroi de cette allocation sur le site internet de l’ONEM.

    Au plus vite vous serez inscrit auprès de votre service régional de l'emploi (FOREM en Wallonie et ACTIRIS à Bruxelles), au plus tôt débutera votre stage d’insertion professionnelle.
    Le stage d’insertion professionnelle commence au plus tôt le 1er août si vous avez terminé vos études en juin et si vous vous êtes inscrit immédiatement au service régional de l’emploi de votre région. Ce n’est que si vous avez arrêté vos études pendant l’année scolaire, ou si vous avez terminé vos études en deuxième session ou en février, que votre stage d’insertion professionnelle débutera au moment où vous vous inscrivez au FOREM ou auprès d’ACTIRIS.

    Le FOREM ou ACTIRIS offrent d’ailleurs bien plus de services que la simple inscription comme demandeur d’emploi. Ils sont également de bon conseil pour trouver un emploi et proposent également des formations. Par ailleurs, le FOREM et ACTIRIS contrôlent que les demandeurs d’emploi sont bien à la recherche d’un travail. Un bon conseil, conservez des traces de vos démarches pour trouver un emploi.

    Une fois que vous avez trouvé du travail, vous ne devez pas vous désinscrire au FOREM ou auprès d’ACTIRIS. L’opération se fait automatiquement. Ceci étant dit, pour accélérer les choses vous pouvez vous désinscrire vous-même. Cela vous évitera de recevoir des mails vous proposant de nouveaux entretiens d’embauche.

    Les conseils Wikifin

    Si vous êtes étudiant, vos parents ont en principe droit à des allocations familiales jusqu’à votre 25ème anniversaire. Si vous avez terminé ou arrêté vos études, vos parents perdent  normalement leur droit aux allocations familiales à partir du 1er jour du mois suivant. Mais des exceptions sont prévues. Pour un complément d’information sur les allocations familiales, consultez le site de l’Agence fédérale pour les allocations familiales.

    Vos parents doivent informer leur employeur lorsque vous commencez à travailler. Aidez-les à s’en rappeler !

     

    Inscrivez-vous auprès d’une mutuelle

    Si vous étudiez ou êtes en stage d’insertion professionnelle, vous êtes couvert par la mutuelle de vos parents jusqu’à votre 25ème anniversaire.

    Vous avez 25 ans, vous travaillez ou votre stage d’insertion professionnelle est terminé ? Dans ce cas, vous devez vous-même vous affilier à une mutuelle ou à la Caisse d’assurance auxiliaire maladie-invalidité.

    Cette inscription est nécessaire pour pouvoir bénéficier de l’assurance soins de santé et d’indemnités. C’est une assurance légalement obligatoire pour tous, qui offre une couverture de base en cas de maladie ou d’accident. C’est par le biais de cette assurance qu’une partie de vos frais médicaux (honoraire du médecin, achats de médicaments prescrits, …) vous sont remboursés et que des revenus de remplacement vous sont payés en cas de maladie par exemple. Cette assurance fait partie de la sécurité sociale ; tous les organismes offrent en principe les mêmes avantages. Votre cotisation est directement ponctionnée sur vos revenus. Si vous êtes indépendant vous devez cotiser auprès de votre caisse d’assurance sociale.

    Sur le site internet de l’INAMI vous trouverez une liste des mutuelles en Belgique auxquelles vous pouvez vous affilier.

    Outre l’assurance soin de santé, il est également obligatoire de souscrire à une assurance complémentaire auprès d’une mutuelle. Cette assurance complémentaire vous permet d’être remboursé (en partie) des stages de vos enfants, paye des primes de naissance ou d’adoption, rembourse (en partie) les coûts d’un régime alimentaire encadré par des professionnels, …. Le coût de cette assurance complémentaire varie d’une mutuelle à l’autre. Comparez-les !

    Les conseils Wikifin

    En principe vos parents disposent de l’assurance soins de santé et de l’assurance complémentaire puisque ces assurances sont obligatoires. Toutefois, ces assurances ne couvrent pas tous les frais en cas de maladie. C’est la raison pour laquelle il arrive souvent que les parents aient également une assurance hospitalisation. Vous pouvez poursuivre cette assurance hospitalisation à votre propre nom, ce qui peut s’avérer intéressant.  Cela n’est toutefois pas obligatoire : l’assurance hospitalisation n’est pas une obligation légale.
    Certains employeurs offrent à leurs collaborateurs une assurance hospitalisation en guise d’avantage salarial. Vérifiez que cette assurance hospitalisation offre des garanties et une couverture suffisante.

     

  2. Qui travaille pour une instance publique, devient fonctionnaire. Il y a deux statuts de fonctionnaires : contractuel et statutaire. Aujourd’hui, de plus en plus de fonctionnaires travaillent sous un statut contractuel, et de moins en moins de fonctionnaires sont statutaires.

    Voici un aperçu schématique expliquant les principes généraux et les principales différences entre ces deux statuts. Notez que des variantes peuvent exister entre les différents niveaux de pouvoirs : fédéral, régional et communal.

    FONCTIONNAIRES Statutaire Contractuel
    Contrat ? Pas de contrat de travail individuel : après un stage le fonctionnaire prête serment et est nommé fonctionnaire fédéral Avec un contrat de travail individuel (à durée déterminée ou indéterminée)
    Recrutement ? Via Selor, même procédure que les contractuels Via Selor, même procédure que les statutaires
    Carrière ? Les fonctions sont divisées en quatre niveaux : D, C, B et A Possibilités d’évolution plus réduites que les statutaires
    Salaire ? Débute au même niveau que les contractuels, mais évolue vers des échelles salariales supérieures Débute au même niveau que les statutaires, mais augmente moins vite que les statutaires
    Pension ? Calcul de la pension sur la base du salaire des dix dernières années de carrière Calcul de la pension sur la base de toutes les années de carrière
    Sécurité de l'emploi ? Licenciement uniquement possible dans un nombre limité de cas Licenciement possible après un délai de préavis ou des indemnités de licenciement
    En cas de maladie ? Le salaire est maintenu jusqu’à ce qu’un plafond soit atteint. Ensuite la personne passe en  'disponibilité pour maladie’ (avec un revenu d’attente mensuel de 60% du dernier traitement en tant qu’actif) Après quelques jours : allocation via la mutuelle

    Vous trouverez des informations détaillées sur l’emploi dans le secteur public sur http://www.fedweb.belgium.be/, le portail destiné au personnel public fédéral.

  3. Vous avez eu le boulot ? Félicitation ! Il ne reste qu’à signer le contrat de travail, également appelé convention de travail.

    Voici les contrats de travail les plus fréquents :

    Type de contrat Ce qui le caractérise
    Contrat à durée indéterminée Ce contrat a une date de début, mais pas de date de fin. Si vous avez un emploi fixe, c’est le type de contrat que vous avez signé. C’est le contrat de travail le plus courant.
    Contrat à durée déterminée Un contrat à durée déterminée a une date de début et une date de fin. Ce type de contrat est souvent utilisé pour une mission temporaire.

    Un employeur peut conclure maximum quatre contrats successifs à durée déterminée avec le même travailleur, et ce pour une durée totale de deux ans.

    Contrat d’intérim Il s'agit d'un contrat conclu entre une agence d'intérim et vous (un travailleur). Vous êtes au service d’une agence d’intérim et pas de l’entreprise pour laquelle vous travaillez. Un tel contrat dure souvent une semaine et peut éventuellement être prolongé. Avec un contrat d’intérim vous n’accumulez pas d'ancienneté, mais le compteur tourne quand-même pour la constitution de votre pension.

    Une agence d’intérim ne doit retenir que 11,11% de précompte professionnel sur le salaire de l’intérimaire. En raison de cette faible retenue de nombreux intérimaires doivent payer des impôts relativement élevés lorsqu'ils reçoivent leur avertissement extrait de rôle. Pour éviter cela, l'intérimaire peut demander à l’agence d’intérim de lui retenir davantage de précompte professionnel que ces 11,11%. Une autre solution est de mettre de l’argent de côté à cet effet.

    Un contrat de travail comporte de nombreux ‘petits caractères’. Mieux vaut le lire attentivement avant de le signer pour éviter des surprises désagréables après coup.

    Avant de signer effectivement un contrat de travail, vérifiez qu’il contient au moins les éléments suivants :

    • Vos nom et adresse et ceux de votre employeur
    • Le type de contrat (durée indéterminée, durée déterminée, partiel,...).
    • La date de début de votre nouvel emploi (et de fin si vous signez un contrat à durée déterminée).
    • La nature du travail que vous allez faire.
    • Votre fonction et éventuellement une description de fonction.
    • Le lieu où vous allez travailler.
    • Votre salaire et les autres avantages éventuels (comme une voiture de société, une assurance hospitalisation, des chèques repas,...).
       

    Le site internet du SPF Emploi présente des informations détaillées sur les composants d’un contrat de travail.

    Pour permettre aux jeunes de travailler plus rapidement les autorités ont pris une série d’initiatives. Peut-être pouvez-vous bénéficier d’une de ces mesures ? De nombreuses initiatives existent, voici les plus connues :

    Convention de premier emploi Celle-ci n'est destinée qu'aux jeunes jusqu'à 25 ans inscrits comme demandeurs d’emploi. Elle a pour but d'intégrer les jeunes au plus vite sur le marché du travail une fois qu'ils ont quitté l'école. Les jeunes peuvent acquérir une expérience professionnelle pendant un an via une convention de premier emploi. Elle est plus connue sous l’appellation Plan Rosetta.
    Convention d’insertion socioprofessionnelle (CISP) Cette convention vous permet d'effectuer bénévolement un stage dans une entreprise. Une convention d’insertion professionnelle n’est pas un véritable contrat de travail, mais un contrat de formation. Si vous voulez travailler via une CISP, vous devez d’abord passer par le FOREM ou ACTIRIS.
    Plan formation-insertion (PFI) Le Plan Formation-Insertion est une formation en entreprise de 4 à 26 semaines, suivie d’un contrat de travail d’une durée équivalente au sein de cette même entreprise. Ce plan s’adresse aux personnes sans emploi et résidant en Belgique.

    Pour les chômeurs de longue durée il existe également une série d’initiatives pour favoriser leur retour dans le monde du travail.

    Chaque Région met en place des mesures qui visent la promotion de l’emploi. Vous trouverez plus de détails concernant les avantages et les primes auxquels vous et votre employeur actuel ou futur avez droit dans le cadre de ces mesures sur les sites régionaux suivants :

    Les conseils Wikifin

    Veillez à ce que votre contrat de travail soit en ordre avant de commencer votre nouveau boulot. Vous-même et votre employeur devez avoir reçu un exemplaire original signé du contrat.

  4. Avant d’entamer un entretien d’embauche, réfléchissez bien à vos attentes en matière de salaire. Il est fort probable que votre futur employeur vous demande, à un moment ou à un autre, combien vous souhaitez gagner.

    Pour avoir un ordre d’idée de ce que vous pouvez demander, vous pouvez rechercher sur internet combien gagne une personne ayant la même formation et la même expérience que vous. Tapez par exemple dans un moteur de recherche “salaire moyen caissière”. Vous trouverez certainement ces informations en quelques clics. Sondez aussi vos connaissances et amis qui ont un emploi similaire. Vous pouvez également vérifier dans quelle commission paritaire votre emploi s’inscrit. La commission paritaire fixe les salaires minimums pour un secteur. Si vous les connaissez, vous saurez à quoi vous attendre en matière de salaire.

    Sachez que bien souvent votre employeur parlera en termes de salaire brut. Le salaire brut est le point de départ de votre salaire. C’est le montant qui est repris dans votre contrat et auquel pourra venir s’ajouter des heures supplémentaires, des primes, des bonus éventuels, …. Ce montant ne vous sera toutefois jamais versé sur votre compte en banque. Votre employeur en déduit les cotisations pour la sécurité sociale et les impôts (précompte professionnel). Ce qui vous sera effectivement payé est votre salaire net.

    Outre votre salaire brut votre futur employeur vous proposera peut-être aussi des avantages extralégaux. Songez par exemple à une voiture de société, à une épargne dans le deuxième pilier des pensions, à une assurance hospitalisation, à des chèques repas ou des écochèques, à un abonnement GSM, …. Vous pouvez évoquer des avantages extralégaux lors de la négociation de votre salaire. Si selon vous le salaire brut proposé n’est pas suffisant, vous pouvez peut-être négocier des avantages extralégaux supplémentaires. Les avantages extralégaux coûtent souvent moins cher à votre employeur qu’une augmentation du salaire brut.

    Un avantage extralégal fréquemment proposé aux salariés est la pension complémentaire : le deuxième pilier des pensions. La pension légale fournit un revenu de base, mais souvent  insuffisant pour vivre confortablement.  Via le deuxième pilier, vous pouvez épargner une somme supplémentaire – une pension complémentaire – qui vous sera versée lorsque vous prendrez votre retraite. C’est votre employeur qui décide comment vous épargnez pour votre pension complémentaire : via une assurance de groupe ou un fonds de pension. Il verse mensuellement une somme (mentionnée sur votre fiche de paie) à l’organisme de pension. Vous toucherez votre pension complémentaire au plus tôt à l’âge de la pension légale (sauf quelques exceptions spécifiques).

    Une fois que vous avez commencé à travailler comme salarié, vous recevez chaque mois votre fiche de paie sur papier ou en version numérique. Vous pouvez contrôler sur ce document si votre salaire correspond à vos prestations ou si les retenues pour la sécurité sociale et les impôts sont corrects, si vos absences ont été correctement enregistrées, ....

    Il est important de comprendre ce qui figure sur une fiche de paie. Le “montant net à payer” n’est pas la seule donnée intéressante. Les autres montants et informations le sont aussi.

  5. Salaire minimum

    Vous avez toujours droit à un salaire minimum. Dans le secteur privé, les salaires sont fixés par des conventions collectives de travail (CCT). Même si aucune échelle salariale n’est fixée par une CCT, vous avez quand même droit au revenu minimum mensuel moyen garanti (RMMMG). Le site internet du Conseil national du travail reprend un tableau avec les salaires minimum garantis.

    Droits aux vacances

    Vos droits aux vacances dépendent du nombre de jours où vous avez travaillé durant l’année calendrier précédente. Vous avez droit à minimum 20 jours de vacances si vous avez travaillé toute l’année précédente. Si vous venez de commencer à travailler, vous n'avez en principe pas droit à des vacances puisque vous n’avez pas travaillé l’année précédente.

    Pour palier à ce manque de vacances, le secteur privé a créé pour les jeunes travailleurs les ‘vacances jeunes’. Un jeune de moins de 25 ans et qui a travaillé au moins un mois l’année précédente peut quand même bénéficier de quatre semaines de congés payés. Cette allocation de ‘vacances jeunes’ est payée par l’ONEM. Cette allocation est strictement plafonnée. Elle est inférieure au salaire brut ordinaire. Pour percevoir cette allocation, une demande de ‘vacances jeunes’ doit être introduite via le site internet de l’ONEM.
    Pour les cinquante ans et plus il existe des ‘vacances seniors’. Le principe est le même mais concerne les travailleurs d’au moins 50 ans qui reprennent le travail comme salarié après une longue période de chômage complet ou d’invalidité.

    Il existe également un système de vacances supplémentaires.  Il permet au travailleur de prendre des jours de vacances supplémentaires en cas de début ou de reprise d’activité après une longue durée d’inactivité. Cette mesure s’adresse aux personnes qui sont restées longtemps au chômage par exemple ou qui ont été absentes suite à une longue maladie.

    Le règlement est différent pour les fonctionnaires publics. Ceux-ci bénéficient directement d'un certain nombre de jours de vacances. Leur nombre de jours de vacances dépend de leur entrée en fonction au cours de l’année.

  6. Presque tout le monde se souvient encore de ce qu’il a fait avec son premier salaire. Cette première rémunération qui tombe sur votre compte en banque avait quelque chose de magique...

    Mais mieux vaut apprendre très vite comment gérer cet argent. Pour bien gérer votre argent vous devez avoir une gestion financière claire. Un livre de comptes ou une grille budgétaire peuvent vous y aider car ils vous permettent d’avoir une vue plus claire sur vos finances et de ce qui vous reste à la fin du mois.

    Combien de temps devez-vous conserver certains documents ?

    Vos données médicales, votre acte de naissance ou d’adoption, vos documents de mariage et de divorce, les actes passés devant le notaire, les diplômes… doivent être conservés à vie.

    Les fiches de paie mensuelles doivent être conservées minimum dix ans. Mieux vaut garder le récapitulatif annuel de votre salaire jusqu'à votre pension, tout comme l'extrait annuel de l'Office National des Pensions avec vos données salariales pour le calcul de votre pension. Vous recevez ces deux documents de votre employeur. Toutes les données relatives à votre pension peuvent être retrouvées sur www.mypension.be.

    Les documents fiscaux, et donc tout ce qui a trait à votre déclaration fiscale, doivent être conservés sept ans. Et il ne s’agit pas seulement de garder une copie de votre déclaration fiscale. Les documents requis pour justifier vos déclarations fiscales (comme les fiches de paie, les factures, les attestations, …) doivent également être conservés. De plus en plus de belges utilisent www.myminfin.be. Ce site détaille tout ce que vous devez savoir sur votre déclaration fiscale (IPP, impôt des personnes physiques).

    Les documents bancaires, comme les extraits de compte, doivent être conservés cinq ans. Les documents ont-ils un rapport avec un prêt ? Dans ce cas, vous devez les conserver dix ans. Tous les documents en rapport avec des travaux de construction et de rénovation doivent également être conservés dix ans. Les contrats d’assurance auxquels sont liés une notion de responsabilité (comme par exemple une assurance automobile) doivent également être conservés dix ans.

  7. Comment rejoindre votre nouveau lieu de travail ? Cela dépend de plusieurs facteurs. Tous les lieux de travail ne se trouvent pas près d’une gare ou d’un arrêt de bus. Certains centres villes sont difficiles d’accès, voire pas du tout, en voiture. Et y trouver une place de parking peut relever de l'impossible.

    Chaque moyen de transport a ses avantages et désavantages. Calculez votre budget et comparez toutes les possibilités (voiture, transports publics, vélo, covoiturage, etc.). C’est à vous de trouver le moyen de transport le plus adapté à votre budget et à vos conditions de déplacement.

    Certains moyens de transport sont promus par les employeurs. Songez par exemple à leur intervention dans les déplacements domicile – travail si vous prenez le train ou à l’indemnité kilométrique si vous venez au bureau à vélo. Certains employeurs mettent même une voiture à disposition.

    Avoir sa propre voiture, c’est facile, mais c’est loin d’être gratuit. Il faut tenir compte du prix d’achat bien entendu, mais également des frais annexes comme l’entretien, l’assurance, les taxes, …. Si vous n’avez pas souvent besoin d’une voiture pour vous déplacer, le covoiturage peut-être une solution.
    Quelques sites internet pour faire du covoiturage :

    Pour limiter les soucis liés au déplacement domicile - travail, de plus en plus d’entreprises permettent à leurs collaborateurs de travailler chez eux un ou plusieurs jours par semaine. Parfois, l’entreprise dispose aussi de bureaux régionaux où vous pouvez aller travailler. Cela s’appelle le travail décentralisé. Votre bureau principal se situe par exemple à Bruxelles, au siège central. Et, deux jours par semaine vous vous rendez dans le bureau satellite d'Anvers pour travailler tout près de votre domicile. Vous évitez ainsi quelques heures de navette.