Coup de projecteur sur le crowdfunding

Producteurs de films, ONG, PME en croissance, start-ups, … autant d’acteurs de la vie économique qui se tournent de plus en plus vers des modes de financement alternatifs ou complémentaires. Pour cela, ils s’adressent directement aux investisseurs potentiels sur internet. Tout un chacun peut donc soutenir un projet selon ses moyens.

Coup de projecteur sur le crowdfunding

Comment le crowdfunding fonctionne-t-il ?

Une plateforme internet présente aux investisseurs un ou plusieurs projets d’entreprises.

Vous déterminez vous-même le projet de votre choix et le type d’investissement que vous souhaitez faire :

  • soit vous prêtez de l’argent en souscrivant un emprunt qui prend la forme d’une obligation (crowdlending) et vous bénéficiez alors d’un taux d’intérêt fixe déterminé dès le lancement de la levée de fonds ;  
  • soit vous devenez co-propriétaire d’une société en achetant des actions de cette société (equity crowdfunding).

Dans certains cas, les investissements donnent droit à des avantages fiscaux. Depuis 2017, les particuliers qui investissent en capital dans une entreprise qui débute peuvent déduire jusqu’à 45 % de leur mise de l’impôt des personnes physiques.

Quels sont les risques ?

Investir via le crowdfunding est souvent risqué. Vous investissez en effet dans des entreprises ou des projets qui n’en sont en général qu’à leurs débuts. En échange de votre investissement, vous partagez avec les autres investisseurs les éventuels bénéfices mais si le succès n’est pas au rendez-vous, vous perdrez probablement une partie (au moins) de votre argent.

Dans la pratique, la FSMA a constaté dans son étude que les investisseurs sont prudents en matière de crowdfunding. En moyenne, une campagne a été financée par 100 investisseurs différents. Le montant moyen investi s’est élevé à 2 871 euros par personne et par campagne. Plus de la moitié des investisseurs ont placé 500 euros ou moins par campagne. Moins de 3 % ont investi plus de 5 000 euros par opération.

Quelle protection pour les investisseurs ?

L’État a instauré plusieurs mécanismes de protection :

  • Publication d’un prospectus approuvé préalablement par la FSMA pour les projets de plus de 5 millions d’euros.
  • Obligation pour les plateformes d’examiner si l’investisseur a les connaissances et l’expérience suffisante pour comprendre les risques de l’investissement proposé. Si tel n’est pas le cas, la plateforme doit mettre en garde l’investisseur.

Les 5 plateformes analysées dans l’étude de la FSMA appliquent toutes une procédure de sélection des projets très stricte. Seuls 2% environ des projets soumis aux plateformes analysées deviennent effectivement des campagnes de crowdfunding accessibles aux investisseurs.

À noter que les règles ci-dessus concernent uniquement les plateformes sur lesquelles le public peut investir dans une entreprise en vue de percevoir un éventuel bénéfice. Ne sont donc pas visées les plateformes sur lesquelles le public peut effectuer un don à un projet ou une entreprise ou encore celles sur lesquelles le public peut verser de l’argent en vue de recevoir une contrepartie en nature.

Si vous voulez en savoir plus sur les règles relatives au crowdfunding, allez sur www.fsma.be. Vous y trouverez également la liste des plateformes actives en Belgique et reconnues par la FSMA.

Les conseils Wikifin

  • Envisagez le crowdfunding comme un investissement à long terme. N'investissez donc pas de l'argent dont vous avez besoin pour vos projets à court ou à moyen terme.
  • N’investissez qu’une partie limitée de vos économies via le crowdfunding.
  • Définissez clairement votre objectif : voulez-vous soutenir un projet sans vous soucier de récupérer votre mise ou concevez-vous le crowdfunding comme un investissement rentable ?
  • Rassemblez le plus possible d’informations sur le projet et l’environnement concurrentiel dans lequel il prendra place afin d'analyser si le projet proposé vous semble réellement viable.
  • Méfiez-vous également des plans de développement de jeunes sociétés qui présentent un risque de faillite supérieur à la moyenne.  
  • Prêtez attention au caractère fiable de la plateforme de crowdfunding. Méfiez-vous des sites internet basés dans des pays exotiques.
  • Soyez attentifs aux frais prélevés par la plateforme de crowdfunding sur les capitaux investis.