Financer un emprunt au moyen d’une assurance ? Une entreprise risquée !

Plus de 70 % des Belges sont propriétaires de leur logement. La plupart d’entre eux financent cette acquisition en contractant un prêt hypothécaire auprès d’une banque. La FSMA et le SPF Économie mettent le public en garde contre une forme particulière de crédit hypothécaire, qui entraîne des risques considérables pour le consommateur. Il s’agit d’associer une assurance-vie à un crédit hypothécaire qui vous contraint à rembourser en une fois le montant de l’emprunt à son échéance. Ce qui ne va pas nécessairement de soi !

Lening financieren met verzekering

Ne payer que des intérêts pendant la durée de l’emprunt … et rembourser la totalité du capital en fin de course

Certains prêteurs et intermédiaires proposent des « crédits hypothécaires à terme fixe ». Il s’agit d’emprunts dont le capital est remboursable en une fois à l’échéance. Imaginons que vous empruntiez de cette manière 150 000 euros sur 20 ans. Il faudra que vous remboursiez ces 150 000 euros en une fois dans 20 ans. D’ici là, tous les mois, vous ne paierez que les intérêts.

Il s’agit donc de veiller à être en mesure de débourser d’un coup 150 000 euros dans 20 ans, ce qui n’est pas évident.

Crédit associé à une assurance-vie

Ces « crédits hypothécaires à terme fixe » s’accompagnent souvent d’une assurance-vie. Celle-ci permettra de constituer le capital nécessaire pour rembourser l’emprunt à son échéance. Elle servira donc, pour reprendre notre exemple, à accumuler les 150 000 euros sur les 20 ans que durera votre crédit. Cette assurance-vie peut être de branche 21 ou de branche 23. Si son rendement se révèle trop faible, vous risquez de ne pas disposer du capital nécessaire pour rembourser votre crédit à l’échéance. Montrez-vous donc très critique face à une telle proposition. Ce genre de formule est loin de convenir à tout le monde, surtout si le crédit est destiné à financer un premier logement.

Moins intéressant qu’il n’y paraît

Cet assemblage de crédit hypothécaire et d’assurance-vie est souvent présenté comme une solution financièrement et fiscalement avantageuse, permettant de payer des mensualités moins importantes que dans le cas d’un crédit hypothécaire classique. Ce n’est la plupart du temps qu’une illusion : les intérêts d’un crédit hypothécaire à terme fixe sont souvent plus élevés que ceux des crédits classiques. En outre, toutes les assurances de branches 21 et 23 impliquent le paiement de frais d’entrée, de taxes et parfois de frais de gestion.

Pour plus d’informations sur le sujet, veuillez vous référer à la mise en garde publiée par la FSMA et le SPF Économie.