Le bitcoin souffle ses 10 bougies. L’occasion de poser 10 questions sur cette monnaie virtuelle …

Le bitcoin a vu le jour le 3 janvier 2009. Satoshi Nakamoto, son concepteur, voulait créer une monnaie sur laquelle les banques et les pouvoirs publics n’auraient pas de prise. Le premier achat réalisé avec des bitcoins ? La livraison de deux pizzas, qui a coûté 10 000 bitcoins. Vers la fin de l’année 2017, le cours du bitcoin a flirté avec les sommets. Celui qui possédait des bitcoins à l’époque était quasiment riche comme Crésus ! Pour les mêmes deux pizzas, il ne lui fallait plus débourser que l’équivalent de 0,0016 bitcoin. Depuis, le cours du bitcoin a dégringolé.

Comment fonctionnent le bitcoin et les autres monnaies virtuelles ? Et pourquoi vaut-il mieux être prudent à leur égard ? Dix questions et autant de réponses au sujet du bitcoin et des monnaies virtuelles.

 

Le bitcoin souffle ses 10 bougies. L’occasion de poser 10 questions sur cette monnaie virtuelle …

1. Grandeur et décadence ?

Alors qu’il existait depuis 2009, c’est en 2017 que le bitcoin a soudain semblé devenir le nouvel eldorado. Jusqu’en décembre 2017, le cours de cette monnaie virtuelle a flambé jusqu’à dépasser 19 000 euros pour 1 bitcoin. Rien ne semblait pouvoir arrêter son envolée. Il y a un peu plus d'un an, il a cependant entamé une baisse en dents de scie il et les investisseurs se demandent ce qu'il se passe.

2. Qu’est-ce qu’une monnaie virtuelle ?

Une monnaie virtuelle (aussi appelée cryptomonnaie) n’existe que sous forme numérique. Des ordinateurs la fabriquent au moyen de formules complexes ou d’algorithmes. Une monnaie virtuelle est représentée par un code informatique et n’a donc pas de réalité matérielle. Il n’est pas possible de la glisser dans son portefeuille.

3. Le bitcoin est-il la seule monnaie virtuelle ?

Non. Le bitcoin est la monnaie virtuelle la plus connue, mais elle est loin d’être la seule. Il existe plus de 2 000 monnaies semblables, comme par exemple l’ethereum (ETH), le ripple (XRP), le stellar (XLM) et le litecoin (LTC).

4. Quels sont les risques liés aux monnaies virtuelles ?

Les monnaies virtuelles sont en général vendues par le biais de sites web spécialisés. Il n’y a pas que leur achat qui s’effectue en ligne : ces monnaies sont conservées dans un portefeuille numérique, un wallet. Celui-ci doit être bien protégé contre le vol. Les voleurs en question ne sont pas des criminels ordinaires, mais des hackers qui tentent de craquer les ordinateurs. On peut aussi perdre son pactole en égarant son code d’accès numérique unique. Pas question de perdre ce code : il est impossible de le récupérer !

5. Les cryptomonnaies comportent-elles d’autres inconvénients ?

Seules quelques personnes utilisent les monnaies virtuelles pour effectuer des transactions, c’est‑à‑dire pour réellement acheter quelque chose. Les monnaies virtuelles ne sont pas acceptées partout. Leur valeur fluctue énormément. Et ces fluctuations représentent précisément l’un de leurs plus grands risques : le cours du bitcoin est très sensible à l’actualité, il peut varier fortement en quelques jours et n’est pas partout le même. Le traitement des monnaies virtuelles est également très énergivore. La question se pose dès lors de savoir dans quelle mesure les cryptomonnaies sont durables. Actuellement, les transactions en bitcoin consomment par an presqu’autant d’électricité que Singapour. Et que dire du coût énergétique de toutes les autres monnaies virtuelles ? !

6. Pourquoi le bitcoin est-il malgré tout devenu aussi populaire ?

Les partisans du bitcoin vantent surtout le système innovant et numérique sur lequel il se base. Beaucoup considèrent que cette technologie novatrice, la blockchain, est prometteuse. De plus, les adeptes du bitcoin sont fascinés par son indépendance vis-à-vis de toute autorité ainsi que par l’anonymat, la rapidité et la gratuité des transactions.

7. Qu’en est-il de la réglementation ou de la protection des consommateurs ?

Les cryptomonnaies ne sont pas réglementées et échappent à tout contrôle des pouvoirs publics. Leurs utilisateurs ne sont donc pas protégés. Un problème avec des bitcoins ou une autre monnaie virtuelle ? Vous êtes livré à vous-même! À l’inverse, l’argent déposé sur un compte d’épargne ou un compte à terme est couvert jusqu’à un certain montant par un fonds de garantie.

8. Paie-t-on des impôts sur les cryptomonnaies ?

Les plus-values réalisées à la suite de la vente - ou de la conversion dans une autre cryptomonnaie - constituent soit des revenus pour lesquels il ne faut pas payer d’impôts, soit des revenus divers taxés à 33 % ou soit des revenus professionnels taxés au taux progressif. La catégorie à laquelle appartiennent ces plus-values est déterminée par le SPF Finances au cas par cas, sur la base de vos réponses à une liste de questions publiée sur son site internet. Petite illustration : les plus-values réalisées par une personne qui travaille dans le secteur ICT ou dont l’activité professionnelle est en lien avec les cryptomonnaies, seront ainsi considérées comme des revenus professionnels. Les plus-values réalisées par une personne qui n’est pas active dans ce secteur mais qui a tout de même investi (de manière spéculative) une grande partie de son patrimoine seront davantage considérées comme des revenus divers. En revanche, les plus-values réalisées par le contribuable sur la base d’un nombre limité d’opérations et d’un pourcentage limité de son patrimoine, pourraient être considérées comme des revenus privés non taxés.

9. D’où vient leur mauvaise réputation ?

On associe souvent le bitcoin et autres cryptomonnaies à des pratiques frauduleuses et prohibées. Anonymes, les monnaies virtuelles constituent un instrument idéal pour se livrer à des opérations peu reluisantes telles que le blanchiment de capitaux et le transfert illégal de fonds. De plus, des escrocs tentent de profiter de la popularité des offres d’achat de cryptomonnaies et dupent souvent des investisseurs crédules. La FSMA, le gendarme belge des marchés financiers, publie régulièrement sur son site web des mises en garde concernant des offres frauduleuses d’investissement dans des cryptomonnaies.

10. Le bitcoin a-t-il encore de l’avenir ?

Il semble assuré que le bitcoin ne deviendra pas un substitut généralement accepté à la monnaie officielle. Si son cours continue de fléchir, la spéculation et les paris dont il fait l’objet diminueront. Comme ce fut le cas pour toutes les autres bulles spéculatives, il n’intéressera alors plus personne.

Le bitcoin souffle ses 10 bougies. L’occasion de poser 10 questions sur cette monnaie virtuelle …