Tempêtes automnales en approche ? Evitez de mettre la main au portefeuille !

Les tempêtes d’automne pointent leur nez... votre logement est-il correctement assuré ? Quand une catastrophe arrive, propriétaires et locataires sont logés à la même enseigne : personne n’a envie de mettre la main au portefeuille...

Les tempêtes d’automne pointent leur nez... votre logement est-il correctement assuré ? Quand une catastrophe arrive, propriétaires et locataires sont logés à la même enseigne : personne n’a envie de mettre la main au portefeuille....

Pourquoi souscrire une assurance habitation ?

Imaginez : une nuit, le vent arrache des tuiles de votre toit. Une très mauvaise surprise, surtout si les frais sont pour vous !! Cela fait partie des accidents couverts par l’assurance incendie. Cette assurance couvre aussi les dégâts causés par un incendie ou une inondation. C’est pour cela qu’on utilise aussi la dénomination “assurance habitation”.

L’assurance habitation est donc très utile et intervient pour différentes sortes de dégâts :

  • dégâts à l’habitation elle-même (murs, portes,…) ou à son contenu (meubles, vêtements, ordinateurs,...) ;
  • dégâts à d’autres personnes : par exemple, si votre maison brûle, votre assurance incendie remboursera à votre voisin les dégâts dus à la fumée.

L’assurance habitation n’est pas obligatoire mais elle peut être exigée par la banque dans le cadre d’un crédit hypothécaire ou par votre propriétaire si vous êtes locataire de votre logement.

Même si cette assurance n’est pas obligatoire, il est judicieux d’en prendre une en choisissant la formule la plus adaptée à vos besoins.

Que couvre une assurance habitation ?

Une assurance habitation n’est pas l’autre. En dehors de quelques garanties obligatoires prévues par la loi, les assureurs ont le choix dans les risques couverts.

Votre contrat d’assurance peut couvrir trois grands groupes de risques :

  • Les garanties de base. Il s’agit des garanties obligatoires pour toute assurance habitation. Les risques couverts incluent, notamment, l’incendie, les tempêtes, les tremblements de terre, les inondations, les explosions et les chutes d’avions. Les dégâts aux objets entourant la maison, comme les voitures ou les abris de jardin, ne sont généralement pas couverts.
  • Les garanties complémentaires, pour couvrir les frais liés aux dégâts. Si vous devez loger pendant un mois à l’hôtel à cause d’un incendie, par exemple. C’est la couverture complémentaire “frais d’hébergement” qui paie les frais d’hôtel.
  • Les extensions facultatives forment une protection complémentaire pour votre habitation et son contenu. Il n’y a pas de limites à ces extensions. Quelques exemples : gouttières qui débordent, arbre renversé par le vent, bris de vitre, dégâts dus à un cambriolage, vandalisme, ....

Dans tous les cas, évaluez-bien votre situation avant de choisir votre assurance et vérifiez votre contrat. N’hésitez pas à demander l’aide de votre assureur ou de votre courtier.

Encore quelques conseils :

  • Mieux vaut prévenir que guérir. Dans la mesure du possible, limitez les risques chez vous : préparez vos conduites d’eau pour l’hiver, installez un système d’alarme, faites ramoner votre cheminée une fois par an, ...
  • Prenez le temps de comparer les assurances. Même si votre banque vous oblige à souscrire une de ses assurances dans le cadre d’un prêt hypothécaire.
  • Vous êtes copropriétaire ? Informez-vous auprès du syndic pour savoir s’il existe une police habitation globale pour la co-propriété.
  • Envie de rénover ? Vérifiez dans le contrat si votre assurance habitation vous couvre pendant les travaux mais surtout n’oubliez pas de réviser votre contrat d’assurance après l’achèvement des travaux.