Frais et impôts

Le contrat d’assurance-vie détermine les frais d’entrée, de sortie et/ou de gestion à payer. Ces frais peuvent être considérables. Un impôt, la taxe d'assurance, est en outre également déduit de votre prime.

La taxe d’assurance

Vous devez payer 2% de taxe sur chaque prime que vous versez. Si vous versez une prime de 500 euros, 10 euros doivent être payés aux impôts (2% de 500 euros). La prime résiduelle pour l'assureur est de 490 euros. Mais il y a des exceptions. Sur les primes de l’assurance solde restant dû, vous ne payez que 1,1% de taxe.

La taxe d’assurance n'est pas due :

  • pour l'épargne-pension fiscalement avantageuse (troisième pilier) ;
  • si dans le courant du contrat ou à la fin de celui-ci, vous demandez le capital constitué (la 'réserve') et/ou le transférez dans un autre produit de la branche 21 ou de la branche 23 chez le même assureur. Mais si la réserve est transférée chez un autre assureur, vous devez conclure un nouveau contrat. La taxe d’assurance doit à nouveau être payée dans ce cas.

Frais

On n'a rien sans rien. L’assureur demande une rémunération pour gérer votre argent. Le montant des frais dépend de l'importance des montants versés et de la durée du contrat.

Des frais d’entrée, de sortie et de gestion sont notamment facturés :

  • frais d’entrée : généralement un pourcentage dépendant du montant versé et de la durée du contrat ;
  • frais de gestion : la compagnie d'assurance facture un pourcentage du montant du contrat pour la gestion de votre assurance-vie ;
  • frais de sortie : dus lorsque vous demandez le remboursement avant la date d’échéance du contrat. Il s’agit le plus souvent d’un pourcentage du montant demandé. Les frais de sortie sont généralement plus bas lorsque la durée encore à courir est plus courte. Dans certains contrats, vous ne devez même pas payer de frais de sortie après une période donnée ;
  • indemnité conjoncturelle : dans certains cas, vous devez payer une indemnisation en cas de remboursement anticipé. C’est le cas par exemple lorsque les taux d’intérêt du marché sont supérieurs à ceux de votre assurance-vie ;
  • couverture-décès : si votre assurance-vie est combinée avec une assurance-décès, vous devez en payer les primes.

Avantages fiscaux ?

Si vous utilisez votre branche 21 ou 23 pour épargner dans le 'troisième pilier' pour votre pension, vous profitez d'avantages fiscaux. Votre assureur vous remettra une attestation fiscale à cet effet chaque année.

Attention ! Il y a une différence entre les avantages fiscaux dans le cadre de l’épargne-pension et ceux de l’épargne à long terme. Découvrez davantage de détails à la rubrique Wikifin consacrée à l’épargne-pension. Informez-vous au préalable des possibilités fiscales auprès de votre assureur.

Précompte mobilier ?

Si vous n’utilisez pas vos produits d'assurance-vie de la banche 21 ou 23 pour constituer une pension complémentaire, vous devez payer un précompte mobilier sur les intérêts que vous percevez. Mais là encore, il y a des exceptions. Découvrez davantage de détails sur ces impôts à la rubrique Wikifin concernant les impôts sur l'épargne et les placements.

Les conseils Wikifin 

  • Il y a beaucoup d’assurances-vie différentes. Cela vaut souvent la peine de comparer et de faire jouer la concurrence. Les frais et les rendements sont décrits avec précision dans les brochures d'information. Comparez-les attentivement avant de signer un contrat. Tenez compte de tous les frais et impôts.
  • Lisez attentivement le contrat d’assurance-vie avant de le signer. S'il y a quelque chose que vous ne comprenez pas, demandez des explications à votre assureur.
  • Évaluez le rendement dans sa totalité : ne tenez pas seulement compte du "rendement brut", mais aussi des frais qui réduisent le rendement !
  • Les frais peuvent parfois être diminués. N’hésitez pas à les négocier, en faisant jouer la concurrence.