Quels frais et impôts sont associés aux placements en actions ?

Les frais à payer, quand vous investissez en actions, déterminent également le rendement que vous pouvez tirer de votre placement en actions.

Ces frais sont répartis dans trois catégories :

La taxe boursière

Lorsque vous achetez ou vendez des actions sur le marché secondaire, vous devez payer 0,35 % de taxe boursière. Pour un achat de 10 000 euros, la taxe boursière vous revient à 35 euros. Cette taxe boursière est la même auprès de toutes les banques ou sociétés de bourse. Lorsque vous achetez des actions cotées en bourse pour la première fois, sur le marché primaire, vous ne devez pas payer cette taxe boursière.

Les frais de courtage

Pour exécuter vos ordres d'achat et de vente, les banques ou sociétés de bourse vous facturent des frais. C’est ce que l’on appelle en jargon les frais de courtage ou la commission. Ces frais varient d’une institution à l'autre.

Lorsque vous achetez des actions cotées dans une bourse étrangère, vous devez également tenir compte des frais et taxes qui y sont en vigueur.

Les droits de garde

Auparavant, vous pouviez recevoir physiquement les actions que vous achetiez. Aujourd’hui, elles n’existent plus sous forme papier. Et vous devez donc les conserver sur un compte-titres auprès d'une banque ou d'une société de bourse. Celle-ci facture généralement des droits de garde. Le montant de ces droits de garde diffère d'une institution à l'autre.

Les conseils Wikifin

  • Demandez à votre institution financière ou société de bourse ce que vous devez payer pour votre transaction en actions.
  • Exigez que votre institution financière ou société de bourse vous remette le détail des frais, avec (éventuellement) une scission entre les frais étrangers et les frais nationaux.
  • Comparez les frais entre les différentes banques et société de bourse. Cette comparaison peut vous rapporter pas mal d'argent. Mais tenez également compte des services que vous recevez en échange de ces frais car, là encore, la situation diffère d'une institution à l'autre.

Taxe sur la spéculation

En 2016, si vous revendiez dans les 6 mois des actions cotées en bourse, des options, warrants ou autres produits d’investissement cotés en bourse, vous deviez payer une « taxe sur la spéculation » de 33 % sur les plus-values réalisées. Depuis le 1er janvier 2017 cette taxe sur la spéculation ne doit plus être payée, même sur les titres achetés en 2016. Si vous avez revendu des titres via une banque ou un intermédiaire étranger, vous devrez déclarer vous-même les plus-values sur lesquelles une taxe sur la spéculation était due en 2016 dans votre déclaration d’impôt 2017.