Investir dans la pierre

C’est ancré dans la mentalité du Belge : acheter sa propre habitation constitue le meilleur investissement possible. Au lieu de payer chaque mois un loyer à un propriétaire, vous remboursez votre propre crédit hypothécaire. Il existe également des avantages fiscaux pour les personnes qui achètent ou construisent leur habitation propre et unique. Pendant de longues années, ces personnes bénéficient en effet d’une réduction d’impôt.
Lorsque votre crédit hypothécaire prend fin, vous pouvez à nouveau mettre de l’argent de côté et plus tard, vous pourrez peut-être également l’investir dans la pierre, c.-à-d. dans l’immobilier.

Un investissement immobilier peut se faire directement en achetant soi-même une maison ou un appartement, ou indirectement en investissant dans des produits financiers qui sont à leur tour investis dans l’immobilier.

Il existe différentes possibilités d’investissement direct :
  • une habitation que vous louez ;
  • une maison de vacances à la mer, qui peut être louée, mais où vous pouvez également aller vous détendre ;
  • un kot d’étudiants, dont vos (petits-)enfants pourront profiter ;
  • un appartement dans une résidence, où vous pourrez passer vos vieux jours, etc.

Voici quelques avantages d’un investissement direct dans l’immobilier :

  • vous pouvez en profitez personnellement ; 
  • vous pouvez en tirer des revenus réguliers, par le biais d’une location ;
  • le prix de location peut être indexé chaque année : si le coût de la vie augmente, vos revenus locatifs augmentent également ;
  • si vous êtes bricoleur, vous pouvez faire grimper la valeur de votre bien en y travaillant vous-même.

Mais un tel investissement comporte aussi des désavantages :

  • l’achat représente un montant conséquent. Si le prix d’achat nécessite d’utiliser une grande partie de votre épargne, vous allez à l’encontre d’un principe de base que doit respecter tout investisseur : diversifier ses placements ;
  • louer comporte également des risques : le bien peut parfois rester inoccupé, les locataires sont parfois en défaut de paiement ou peuvent abîmer le bien ou ne pas l’entretenir correctement ;
  • vous ferez peut-être un jour face à un besoin de liquidités imprévu. Il est alors beaucoup plus compliqué de vendre un bien que de retirer de l’argent d’un compte d’épargne ou de vendre une obligation. Vendre un bien peut prendre du temps, cela peut entraîner des frais et il n’est pas possible de ne vendre qu’une partie de son bien.

Un investissement dans l’immobilier peut également se faire indirectement : via des certificats immobiliers, des sicaf immobilières ou des actions dans des sociétés immobilières.

Les certificats immobiliers sont des produits financiers qui donnent droit à une partie des revenus locatifs et des revenus de la vente de bâtiments financés via l’émission de certificats. Il n'est pas toujours facile d'acheter ou de vendre des certificats immobiliers parce qu'ils ne sont que peu négociés.

Une sicaf immobilière est une société cotée en bourse qui investit dans différents bâtiments, de sorte que les risques sont répartis. Si vous achetez une action de la sicaf, vous recevez chaque année un dividende.

Les sociétés immobilières sont des entreprises qui investissent dans l’immobilier, mais qui n’ont pas de statut particulier tel que celui de la sicaf.

Un investissement indirect dans l’immobilier peut constituer une solution face aux désavantages d’un investissement direct dans la pierre car :

  • il n’y a pas de difficultés pratiques étant donné que le bien immobilier est géré par des professionnels ;
  • investir dans l’immobilier via des actions ou des certificats ne demande pas un investissement énorme. Ces actions ou certificats peuvent être achetés en bourse, même pour des sommes plus réduites ;
  • l’investisseur peut répartir les risques en achetant indirectement différents types de biens immobiliers : il existe des produits d’investissement spécialisés dans les espaces de bureaux, les habitations, les maisons de repos, les kots étudiants, les magasins, les entrepôts et les dépôts.

Les investissements immobiliers papier comportent cependant aussi des désavantages :

  • il faut voir combien la vente d’un tel investissement rapportera : il est possible de faire des bénéfices importants, mais également de subir de sérieuses pertes si les conditions sont mauvaises ;
  • dans le cas d’un investissement papier, vous ne disposez pas d’un bien où résider ou aller en vacances.

Depuis de nombreuses années, les prix de l’immobilier sont en augmentation en Belgique. Cependant, même dans le cas de l’immobilier, il existe toujours un risque que les prix stagnent ou diminuent. Plusieurs exemples à l’étranger, tels que les Etats-Unis, l’Espagne ou - plus près de chez nous - les Pays-Bas, ont démontré que les prix de l’immobilier pouvaient également connaître une évolution à la baisse comme à la hausse. L’immobilier n’est donc pas un placement sans risques. Mais les rendements des investissements immobiliers sont en général plus élevés que ceux des investissements qui ne comportent pas de risques.