Dans quels types d’obligations pouvez-vous investir ?

Les obligations semblent à première vue être des produits de placement simples. Ce sont des prêts consentis à des entreprises ou des pouvoirs publics. Si vous possédez une obligation, vous êtes un créancier, car une entreprise ou un pouvoir public vous doit de l'argent : elle ou il devra vous rembourser votre argent, ainsi que les intérêts promis en échange du prêt.

Mais il existe différentes variantes.

Obligations ordinaires et subordonnées

Que ce soit pour les obligations ordinaires ou pour les obligations subordonnées, vous connaissez à l'avance la date à laquelle vous allez récupérer votre argent. Vous savez également quels intérêts vous touchez chaque année. Cet intérêt s’appelle le coupon.

Mais les entreprises qui émettent des obligations peuvent faire faillite. Dans un tel cas, tous les biens de l'entreprise sont vendus et le produit de cette vente sert à rembourser les créanciers. Ce produit est souvent insuffisant pour rembourser tous les créanciers. Pour déterminer alors les créanciers qui sont remboursés en premier lieu, un ordre est fixé. Plus vous êtes éloigné de la tête de liste en cas de faillite, moins vous avez de chance de récupérer votre argent, et plus le risque de votre investissement est dès lors élevé.
Dans le cas d'une obligation subordonnée, vous figurez à la fin de la liste des créanciers. Juste avant les actionnaires, qui sont, eux, les derniers de la liste.

Imaginez que vous possédiez une obligation subordonnée d'une entreprise qui tombe en faillite. Vous ne récupérerez votre argent que quand tous les autres créanciers auront été entièrement remboursés. Vous êtes donc subordonné. Il se peut qu'ensuite il ne reste pas assez d'argent pour vous rembourser.
Les obligations subordonnées impliquent davantage de risques que les obligations ordinaires. Mais vous percevez un intérêt plus élevé pour ce risque plus important.

Obligations à coupon zéro

Avec ces obligations, vous ne percevez pas votre rémunération sous forme d'un coupon annuel. Votre rendement est généré ici par la différence entre ce que vous payez pour acheter l'obligation et ce que vous récupérez à l'échéance. Vous payez par exemple aujourd'hui pour une obligation 700 euros et dans 5 ans, vous retoucherez 1 000 euros. Ces 300 euros supplémentaires à l'échéance représentent les intérêts que vous avez gagnés sur votre placement.

Obligations convertibles

Les obligations convertibles sont des obligations que vous pouvez échanger pendant la durée de l'obligation sous certaines conditions contre des actions de l'entreprise.

Un exemple 

Vous achetez aujourd’hui une obligation convertible d'entreprise de 1 000 euros, d’une durée de 5 ans. Vous pouvez échanger votre prêt obligataire de 1 000 euros contre 10 actions de la même entreprise.
Si l’action de cette entreprise est cotée 90 euros, cet échange n’est pas intéressant : 10 actions à 90 euros, cela représente moins que la valeur de votre prêt obligataire de 1 000 euros. L’échange en actions devient intéressant lorsque le cours de l'action dépasse 100 euros : dans ce cas, la valeur des 10 actions est supérieure à 1 000 euros, la valeur nominale de votre obligation.
Si vous ne procédez pas à l’échange, vous percevrez les intérêts pendant 5 ans et vous récupérerez vos 1 000 euros à l'échéance.

Attention : les entreprises sont libres de déterminer elles-mêmes les conditions de l'échange. Demandez des explications sur les conditions d'échange à votre banquier ou intermédiaire financier. Vous trouverez également des informations dans le prospectus ou la fiche d'information.

L’obligation convertible est intéressante parce que vous pouvez éventuellement échanger votre obligation contre des actions en réalisant un bénéfice. C’est pourquoi ces obligations produisent un intérêt plus réduit que les obligations ordinaires.

Il existe également des obligations convertibles pour lesquelles ce n’est pas vous, mais l’entreprise qui peut décider d’un règlement en actions. Ce sont des obligations convertibles inverses. L’entreprise prend cette décision lorsque le cours des actions est bas : dans ce cas, vous subissez une perte. Pour compenser ce risque, ces obligations produisent un intérêt élevé.
Ici aussi s'applique la règle : plus l’intérêt est élevé, plus le risque est grand.

Obligations perpétuelles

Contrairement aux obligations ordinaires, les obligations perpétuelles n'ont pas de durée fixe et donc pas de date d'échéance. Les seuls montants que vous percevez sont l'intérêt annuel. Comme il n’y a pas d'échéance, le cours  de ces obligations peut varier bien plus fort en fonction des taux d’intérêt du marché que le cours des obligations ordinaires. L'émetteur de l’obligation perpétuelle peut décider de rembourser après quelques années. Il peut le faire lorsqu’il n'a plus besoin de l’argent, ou lorsqu’il estime que l’intérêt promis sur l’obligation perpétuelle est trop élevé.

Les conseils Wikifin

  • Il existe différentes variantes d'obligations. Étudiez bien l’obligation que vous achetez et les conséquences sur le rendement et le risque que vous prenez.
  • Les obligations impliquent généralement moins de risques que les actions.
  • Les obligations subordonnées et les obligations perpétuelles impliquent généralement plus de risques que les obligations ordinaires.