5 questions à se poser avant d’acheter un produit d’investissement

En raison des taux d’intérêt très bas sur les comptes d’épargne et les comptes à terme, de nombreux épargnants sont à la recherche d’un rendement plus élevé. Leur banquier ou leur assureur leur propose alors parfois des produits parfois difficiles à comprendre tels que les produits structurés. Ces produits offrent souvent une protection du capital c.à.d. le droit au remboursement de votre investissement initial à la date d’échéance. C’est ce qui vous incite à envisager leur achat.  Il nous semble néanmoins important de vous poser quelques questions avant la souscription à ces produits complexes. 

De quels produits s’agit-il ? 

Sur Wikifin.be, vous trouvez déjà beaucoup d’informations sur les investissements en actions, en obligations ou dans des fonds. Mais il existe également de produits plus complexes, que l’on appelle généralement des « produits structurés ». Ces produits ont souvent une durée de 4 à 8 ans. Leur rendement est rarement déterminé à l’avance mais est le résultat de calculs parfois très compliqués.

VOICI DEUX EXEMPLES DE CALCULS DU RENDEMENT D’UN PRODUIT STRUCTURÉ :

  • La moyenne des rendements de 20 actions différentes, mais avec une limitation des pertes et des gains sur chaque action individuelle (par exemple, on ne tient pas compte des pertes de plus de 10 % ni des gains de plus de 12 %) ;
  • La différence du cours du dollar face au cours de l’euro lors de l’émission et à différents moments pendant la durée du produit. 

Le calcul du rendement des produits structurés dépendra de l’évolution de son  « sous-jacent ». Dans nos exemples, les
« sous-jacents » sont respectivement les 20 différentes actions et le cours du dollar face à celui de l’euro. 

Presque tous les produits structurés qui vous sont proposés par votre banquier ou votre assureur comportent une protection du capital. Celle-ci peut être à hauteur de 100 % de votre investissement ou, ce qui est de plus en plus souvent le cas, à hauteur de 90 % ou moins. 

Qu’implique cette protection du capital ? Une protection du capital à 100 % signifie en principe que le produit est structuré de façon à ce que vous receviez à l’échéance la totalité du montant investi au départ ; en cas de protection du capital à hauteur de 90 % par exemple, vous devez donc tenir compte d’une perte possible de 10 % de votre investissement à l’échéance. 

Les 5 questions à se poser avant d’acheter un produit structuré : 

  • Est-ce que je comprends le produit ? 
    Ces produits d’investissement sont souvent compliqués. Le rendement de ceux-ci peut dépendre de différentes conditions. Posez-vous les questions suivantes avant d’investir : 
    • Quels intérêts (ce que l’on appelle le coupon) recevez-vous annuellement ? 
    • Sur quel remboursement pouvez-vous tabler à la date d’échéance ? 
    • Quelle est la protection du capital ? 100 %, ou 90 % ou moins, comme c’est de plus en plus souvent le cas ?
    • Quelle est la durée ? L’émetteur du produit peut-il effectuer un remboursement anticipé ? 

Si vous ne comprenez pas le produit, il est préférable de ne pas y investir. Ne partez pas du principe que « vous n’y connaissez de toute façon rien en finances » ou que « le produit est sûr ». Si ni le banquier ni la documentation ne vous ont permis de comprendre clairement le produit, il est préférable de ne pas l’acheter. 

  • Est-ce que je comprends les risques ?
    Les principaux risques sont les suivants :
    • Un risque de crédit : la banque qui émet le produit ou qui offre la protection du capital peut faire faillite, comme n’importe quelle entreprise. Dans ce cas, vous pouvez perdre la totalité de votre investissement ou la majeure partie de celui-ci. Sachez également que la garantie d’état de 100.000 euros ne s’applique pas à de tels produits. 
    • Un risque de perdre une partie du capital lorsque la protection de capital n’atteint pas 100 %, mais est par exemple limitée à 90 %. 
    • Il peut y avoir un risque de change : de plus en plus de produits structurés sont exprimés en dollars américains ou dans une autre monnaie. Le cours des monnaies étrangères par rapport à l’euro peut augmenter, mais il peut également diminuer. Soyez conscient de ce risque. 
    • Il vous sera vraisemblablement très difficile de revendre le produit avant la date d’échéance. Si vous pensez donc avoir besoin de l’argent avant la date d’échéance, il vaut mieux ne pas investir dans ce type de produit. 
       
  • Est-ce que j’investirais directement dans le sous-jacent ?
    Vous n’investiriez par exemple jamais dans des actions ou dans des dollars américains car vous trouvez cela trop risqué ? Alors, n’investissez pas non plus dans un produit qui a pour sous-jacent des actions ou le cours du dollar américain. Lorsqu’un tel produit offre une protection de capital de 100 %, il est très peu probable – étant donné les taux proposés actuellement – que vous obteniez un rendement positif une fois les frais décomptés (voir plus bas). Pour les investisseurs qui n’aiment pas le risque, il est préférable d’investir dans des produits dont le rendement est déterminé à l’avance, même si celui-ci est très peu élevé.  
     
  • Le produit convient-il à mon profil d’investisseur ? 
    Votre banquier ou conseiller financier a l’obligation de dresser votre « profil de risque » avant de vous conseiller des produits financiers. Il est important que vous indiquiez clairement à votre banquier ou conseiller financier où se situent vos limites. Les produits structurés peuvent faire partie d’un portefeuille d’investissement qui vise un rendement supérieur aux taux d’intérêt sur l’épargne, mais vous devez alors savoir ce que vous achetez et connaître les risques qui y sont liés.
     
  • Est-ce que je connais les frais liés au produit ? 
    Il est difficile de « structurer » un produit d’investissement. Et ce n’est donc pas gratuit. Les frais des produits structurés sont en majeure partie déduits au préalable de ce que vous investissez : sur les 100 euros que vous investissez, 2 à 3 euros (ou plus) seront utilisés pour couvrir les frais et rémunérer le vendeur du produit. En d’autres termes, si vous investissez 1.000 euros dans un produit structuré qui offre une protection du capital de 100% à l’échéance, et que les frais d’entrée du produit sont de 2%, la banque va retirer 1.020 euros de votre compte en banque. Seuls 1.000 euros seront investis dans le produit ; ce n’est que sur ce dernier montant que porte votre protection.  

Vous trouverez davantage d’informations sur les frais et les risques des investissements dans les produits structurés dans la fiche ou la brochure que vous devez systématiquement recevoir de votre banquier lors d’un tel investissement.