La fiscalité de l’épargne-pension

L’État veut vous encourager à épargner vous-même pour votre pension. Pour ce faire, il offre des avantages fiscaux sur l’épargne-pension. Mais quelles sont les conditions requises pour bénéficier d'une réduction d'impôts ? Et que se passe-t-il lorsque vous atteignez 60 ans ? 

Avez-vous droit à une réduction d’impôt ?

Si vous placez de l'argent dans un fonds d’épargne-pension ou dans une assurance épargne-pension, vous pouvez en indiquer le montant dans votre déclaration fiscale (dans un couple, code 1361 pour un homme et code 2361 pour une femme). Le fisc vous offre alors un avantage fiscal de 25 ou 30 % sur ce montant. Mais, évidemment, à certaines conditions :

  • vous devez avoir au moins 18 ans, mais pas plus de 65 ;
  • la réduction d’impôt ne vaut que si vous épargnez pendant au moins 10 ans. Commencez donc avant votre 55ème anniversaire ;
  • vous ne pouvez introduire dans votre déclaration d'impôts qu’une seule forme d’épargne-pension ;
  • depuis 2018 (exercice d’imposition 2019), vous avez le choix entre un montant maximum épargné par an de :
    • 960 euros avec un avantage fiscal de 30% (soit 288 euros) ;
    • 1.230 euros avec un avantage fiscal de 25% (soit 307,5 euros). Si vous choisissez cette option, vous devez explicitement le faire savoir chaque année à votre banque/assureur ;
  • si vous cohabitez ou êtes mariés, vous pouvez profiter tous les deux de la réduction fiscale pour le montant maximum (1.230 euros). Vous devez alors disposer chacun d’un compte d’épargne-pension ou d’une assurance épargne-pension ;
  • si vous payez peu ou pas d'impôts, vous tirerez peu ou pas d'avantages fiscaux de l'épargne-pension ; il y a en effet dans ce cas peu d'impôts dont vous pouvez déduire votre avantage fiscal.

Quels impôts devez-vous payer sur votre épargne ?

Vous bénéficiez d’une réduction d’impôt pour les montants versés. Mais en fin de course, vous devrez payer une taxe sur votre épargne-pension.  

Cette taxe s’élève à 8 % et sera perçue par le fisc auprès de votre banque à votre 60ème anniversaire. Le tarif de 8 % n’est pas calculé sur le capital réellement épargné, mais sur un capital fictif. Son montant dépend de la formule que vous avez choisie. Posez la question à votre assureur ou à votre banquier.

Le gouvernement a décidé de faire des prélèvements anticipés sur cette taxe finale : à partir de 2015 et jusqu’en 2019 compris (5 ans donc), un prélèvement de 1 % sera effectué sur le capital fictif (tel qu’il était constitué au 31 décembre 2014). Votre banquier ou votre assureur vous mettra au courant de ces prélèvements.

Lors de votre 60ème anniversaire, les montants prélevés seront déduits de la taxe finale de 8 %.

Vous pourrez poursuivre votre épargne-pension après 60 ans et jusqu’à vos 65 ans. Vous bénéficierez toujours d'une réduction fiscale lors des versements mais vous ne devrez plus payer de taxe finale. Les dernières années, vous pourrez donc bénéficier d'un bel avantage fiscal.

Si vous récupérez votre argent avant votre 60ème anniversaire, vous devrez payer davantage d'impôts : le plus souvent 33%. Le montant de cet impôt peut être supérieur aux montants des réductions d'impôts dont vous avez bénéficié lorsque vous avez placé l'argent dans l'épargne-pension. Votre assureur peut en outre vous facturer des frais lorsque si vous quittez l'assurance épargne-pension avant l'échéance. Raison de plus pour éviter une sortie anticipée.

Si vous voulez passer de l'assurance épargne-pension à un fonds d'épargne-pension, ou inversement, le fisc va prélever 33% d'impôts. Si vous passez d'une assurance épargne-pension à une autre assurance épargne-pension, ou d’un fonds d’épargne-pension à un autre, vous ne devez par contre pas payer d’impôts.

Pour un complément d’information, cliquez ici .

Les conseils Wikifin :

  • Pour profiter des avantages fiscaux de l’épargne-pension, vous devez commencer avant votre 55ème anniversaire.
  • Attention : si vous versez un montant compris entre 960 et 1 152 euros, vous bénéficiez d’un avantage fiscal inférieur à celui que vous auriez touché en ne versant que 960 euros.
  • Si vous privilégiez la réduction d'impôt plus importante, contentez-vous de verser un montant inférieur ou égal à 960 euros.
  • Si vous vous souhaitez au contraire épargner plus d'argent à long terme pour profiter de votre pension, envisagez alors d'investir un montant supérieur à 1 152 euros.
  • L'année de votre 60ème anniversaire, mieux vaut effectuer le versement après avoir atteint vos 60 ans. Il ne sera ainsi pas compté dans le capital fictif sur lequel vous devrez payer des impôts, alors que vous bénéficierez toujours d'une réduction d'impôt lors de vos versements.
  • Mieux vaut ne pas prendre d’argent avant votre 60ème anniversaire. Si vous le faites, vous payerez davantage d'impôts.