Wikifin est une initiative de la

Wikifin est une initiative de l'Autorité des services et marchés financiers. En savoir plus sur Wikifin.

Dernière mise à jour

Vos finances en 2021 : coup de projecteur sur ce qui change

Sur cette page

Chaque début d’année apporte son lot de nouveautés. Découvrez les principaux changements intervenus au 1er janvier 2021 ainsi que leur impact sur vos finances.

Calculateur avec de l'argent

Travail

  • Indexation des salaires : les salaires des employés qui ressortissent à la CP 200, la plus grande commission paritaire du pays, sont indexés. En 2021, cette indexation est de 0,95 %. D’autres secteurs (secteur alimentaire, commerce, assurances, etc.) ont un système d’indexation qui prévoit, chaque début d’année, une adaptation annuelle des salaires à l’inflation. Vérifiez donc ce qui est d’application dans votre commission paritaire.
  • Hausse des allocations de chômage : elles progressent de 1,125 %, hors indexation automatique et enveloppe bien-être. Concrètement, au 1er janvier 2021 :
    • Le minimum pour un cohabitant avec charge de famille progressera de 15,1 euros, pour atteindre 1357,20 euros bruts mensuels.
    • Pour un isolé, les allocations minimales de chômage progresseront de 12,37 euros, soit 1111,76 euros bruts mensuels.

      Plus d’informations sur les nouveaux montants.
       

  • Petits boulots non taxés et revenus issus de l’économie collaborative : désormais vous ne pourrez plus bénéficier d’un régime fiscal particulier pour les petits boulots effectués chez des particuliers ou le travail associatif. Les revenus issus de l’économie collaborative redeviennent imposables. Le taux d’imposition s’élève à 20 %, après déduction de 50 % de frais forfaitaires. La fiscalité reste donc avantageuse.
  • Les voitures de société taxées plus lourdement : la voiture de société est un avantage de toute nature sur lequel vous êtes taxé. En raison de l’ajustement annuel de la norme CO2 dans le calcul de cet avantage imposable, vous pourriez à l’avenir être davantage imposé.
  • La fin du « cash for car » : l’allocation de mobilité, plus connue sous le nom de cash for car, offrait aux employés la possibilité de renoncer à leur droit à une voiture de fonction contre du cash, tout en bénéficiant d’un traitement social et fiscal avantageux. En 2020, la loi qui prévoyait cette allocation de mobilité a été annulée. Le cash for car a donc cessé d’exister le 1er janvier 2021.
  • Heures supplémentaires : le quota d’heures supplémentaires permettant de bénéficier d’un régime fiscal préférentiel retombe de 180 heures à 130 heures.
  • Allongement du congé de paternité : le congé des pères ou des co-parents passe de 10 jours à 15 jours (ou 30 demi-jours). Il doit être pris dans les quatre mois qui suivent la naissance et concerne également les travailleurs indépendants, aidants et conjoints aidants. Plus d’informations sur le congé de paternité et de naissance pour les travailleurs salariés et pour les indépendants.
  • Droit passerelle : un nouveau dispositif basé sur deux piliers a été adopté. Dans le cadre du droit passerelle, le gouvernement a adopté en mars 2020 des mesures de soutien supplémentaires pour les indépendants qui doivent interrompre leur activité à cause du COVID-19. Concrètement, il s’agit d’une aide financière mensuelle avec maintien de certains droits sociaux (remboursement soins de santé, indemnités d’incapacité de travail, d’invalidité et de maternité) dont peut bénéficier, sous certaines conditions, l’indépendant qui a dû interrompre totalement ou partiellement son activité en raison des mesures de fermeture prises par le gouvernement. Ce système et les conditions pour en bénéficier viennent d’être revus. Il est désormais basé sur deux piliers. Le premier pilier s'adresse aux indépendants ayant dû totalement interrompre leur activité en raison des mesures sanitaires prises par le gouvernement et entrera en vigueur dès le 1er février 2021. La fermeture doit être totale, le premier pilier n'est donc pas cumulable avec une activité take-away par exemple. Si elle n'est pas totale, vous tombez alors dans le droit passerelle du deuxième pilier. Le deuxième pilier, en vigueur depuis le 1er janvier, s'adresse aux indépendants qui subissent une perte sévère de chiffre d'affaires et s’applique à tous les secteurs, également les professions libérales. Pour en bénéficier, l’indépendant doit notamment démontrer que le chiffre d’affaires du mois qui précède est au moins 40 % inférieur au chiffre d’affaires du même mois en 2019. Contrairement au droit passerelle d’aide à la reprise en vigueur précédemment, il faut prouver une perte de 40 % de chiffres d'affaires et non plus de 10 %. En outre, le mécanisme fonctionne par mois et non plus par trimestre. Il s'adresse à tous les indépendants, peu importe le secteur.

Pensions

  • Augmentation de la pension minimum : la pension minimum de salarié et d’indépendant est augmentée de 2,65 %. Concrètement, le montant minimum pour une carrière complète passera en brut de :
    • 1291,69 euros à 1325,92 euros pour un isolé (soit un bonus mensuel de 34,23 euros).
    • 1614,10 euros à 1656,88 euros pour un chef de ménage (soit un gain mensuel de 42,78 euros).

      La pension minimum des fonctionnaires est également augmentée. Découvrez tous les nouveaux montants.
       

  • Suppression du coefficient de correction pour les pensions des indépendants. Pour faire simple, la pension des indépendants était calculée jusqu’à présent sur la base d’un coefficient de 69 % de leurs revenus. Ce coefficient est supprimé pour toute année de carrière située après le 31 décembre 2020 pour les pensions de retraite prenant cours au plus tôt le 1er janvier 2022.
  • Augmentation du plafond salarial pour les salariés : ce plafond salarial est le salaire maximal pris en compte dans le calcul de votre pension. Il sera augmenté de 2,38 % pour les pensions qui prennent cours à partir de 2022.
  • Augmentation de la GRAPA et du RG : les montants de base de la garantie de revenus aux personnes âgées et du revenu garanti sont augmentés de 2,58 %.
  • Augmentation du plafond des pensions calculées sur la base du salaire minimum garanti. L’application du salaire minimum garanti dans le calcul de la pension des salariés ne peut pas avoir pour effet que la pension de retraite de salarié dépasse certains plafonds. Ces plafonds sont augmentés de 2,38 %.
  • Augmentation des seuils de la cotisation AMI : si leur pension dépasse un certain seuil, les pensionnés doivent payer une cotisation Assurance maladie-invalidité (AMI) mensuelle qui s’élève à 3,55 % du montant brut de leur pension. Il s’agit d’une cotisation de sécurité sociale destinée à financer l’assurance maladie-invalidité. Ce seuil est augmenté. Il passe de 1561 euros à 1597 euros pour un isolé et de 1.850 à 1893 euros pour une pension de chef de ménage.

    Plus d’informations sur tous les changements en matière de pensions.

Vos comptes et investissements

  • Modification de certains frais bancaires : plusieurs banques ont revu certains de leurs tarifs à la hausse. Renseignez-vous et surveillez les communications provenant de votre banque.
  • Compte d’épargne et dividendes : les montants exonérés d’impôts sur les comptes d’épargne et les dividendes sont gelés.  

    Plus d’informations sur la fiscalité liée au compte d’épargne.

    Plus d’informations sur la fiscalité appliquée aux dividendes.
     

  • Épargne-pension individuelle : les montants maximums que vous pouvez verser pour bénéficier d’une réduction d’impôt sont gelés. Par conséquent, vous pourrez toujours verser un maximum de 990 euros ou 1270 euros dans votre épargne-pension. Plus d’informations sur l’épargne-pension.
  • Adaptation du prêt « Coup de pouce » de la Région wallonne : destiné à permettre aux particuliers de prêter de l'argent aux entreprises et aux indépendants pour financer leurs activités, ce prêt prévoit désormais un plafond de 250 000 euros par emprunteur et de 125 000 euros par prêteur (contre respectivement 100.000 et 50.000 auparavant). Plus d’informations sur les nouvelles modalités du prêt « Coup de pouce ».

Mobilité

  • Contrôle technique en Wallonie : adoption de tarifs simplifiés.
  • Nouvelle fiscalité automobile en Flandre : le système de taxation tient compte des nouvelles normes d’émission de CO2 dans le calcul de la taxe de circulation et de la taxe de roulage annuelle. Les nouvelles règles ne s’appliquent pas aux véhicules d’occasion ou en leasing. Plus d’informations sur la nouvelle fiscalité automobile en Flandre.

Santé

  • Visite chez le dentiste : contrairement aux autres années, le ticket modérateur ne sera pas plus élevé si vous ne vous êtes pas rendu chez le dentiste en 2020. Si vous êtes allé chez le dentiste en 2019 ou en 2020, vous aurez droit à un remboursement normal en 2021. Plus d’informations sur l’ajustement des règles en matière de remboursement des soins dentaires.

Immobilier

  • TVA à 6 % pour la démolition-reconstruction sous certaines conditions, vous pourrez bénéficier d’un taux réduit de TVA à 6 % pour vos travaux de démolition et de reconstruction.
  • Les tarifs sociaux de l'énergie en hausse de 10 % pour l'électricité et de 15 % pour le gaz naturel. Plus d’informations sur les nouveaux tarifs.
  • Norme Q-Zen en Wallonie : entrée en vigueur de cette réglementation « quasi zéro énergie », qui impose que toute nouvelle construction sur le territoire wallon soit obligatoirement à consommation d’énergie quasi nulle. Plus d’informations sur la norme Q-Zen.
  • Panneaux photovoltaïques : la Flandre a adopté un nouveau système de tarification des prosumers (ces consommateurs d’électricité qui sont aussi producteurs) qui s’appliquera aux nouvelles installations de panneaux photovoltaïques. Ainsi qu’une prime unique pour l’installation de panneaux photovoltaïques. La région de Bruxelles-Capitale a décidé, pour sa part, d’une diminution du nombre de certificats verts octroyés pour les nouvelles installations de panneaux photovoltaïques placées à partir du 1er janvier 2021.
  • Grille indicative des loyers : en Wallonie, cette grille intègre dorénavant les frais énergétiques d’une habitation. Pour rappel, cette grille indicative reprend, par catégorie d’habitation et secteur géographique, des loyers indicatifs.
  • Primes à la rénovation : en Flandre, possibilité de bénéficier sous certaines conditions de primes à la rénovation plus élevées ou d’une prime supplémentaire à la rénovation. Plus d’informations sur les primes.

Disclaimer : Cette liste de nouveautés pour votre argent n’est pas exhaustive… et évoluera très certainement dans les semaines et mois qui viennent