Acheter ou investir dans des bitcoins, est-ce risqué ?

BitcoinLe bitcoin est une monnaie strictement virtuelle. Les bitcoins n’existent que dans des portefeuilles digitaux sur internet et sont générés par un algorithme complexe.

Le bitcoin a été lancé en 2009. À l’origine il n’était utilisé que par une poignée d’utilisateurs avertis. La crise financière de 2011, et plus particulièrement la crise bancaire de Chypre en avril 2013, ont donné un coup d’accélérateur à son utilisation. En novembre 2013 une commission du Sénat américain décrivait le bitcoin comme un moyen de paiement légitime. 

En règle générale, il n’est possible d’utiliser de l’argent virtuel que pour payer certains produits et services sur internet. En Belgique, Pizza.be et Mobile Vikings font partie des commerçants acceptant le bitcoin comme mode de paiement. Récemment, un évènement visant à promouvoir l’utilisation du bitcoin pour les paiements dans les commerces a eu lieu dans la ville de Gand.

Les créateurs de monnaies virtuelles soulignent le caractère libre de ces monnaies qui ne peuvent pas être manipulées par un gouvernement, une banque centrale ou des individus. Il n’y a pas de frais de transactions sur les monnaies virtuelles. Leur valeur est déterminée par l’offre et la demande.

Acheter des monnaies virtuelles reste, au jour d’aujourd’hui, une opération qui n’est pas dénuée de risques, pour plusieurs raisons :

  • l’argent virtuel n’est pas émis par une banque centrale ou un émetteur agréé d’argent électronique. Il n’existe actuellement aucune réglementation, aucun contrôle ni surveillance concernant l’argent virtuel. Donc pour le moment il ne vous est pas possible de porter plainte en cas de fraude auprès d’une quelconque instance officielle ;
  • l’argent virtuel n’est pas un moyen de paiement légal : personne n’est obligé d’accepter un paiement au moyen d’argent virtuel ;
  • l’environnement internet dans lequel l’argent virtuel est conservé et échangé comporte des risques importants : la plate-forme de négociation ou le porte-monnaie électronique peuvent être piratés ou tomber en faillite. En février 2014, la plateforme japonaise de bitcoin Mt.Gox est tombée en faillite. 800.000 bitcoins pour une valeur de 450 millions de dollars US sont partis en fumée ;
  • la fluctuation du taux de change de l’argent virtuel peut être très importante et entraîner d’importantes pertes financières. Des variations de prix de plus de 30 % en une seule journée ne sont pas rares ;
  • l’échange de bitcoin est totalement anonyme. Cette particularité attire les criminels, fraudeurs et autres blanchisseurs d’argent.
  • l’argent placé sur une compte d’épargne ou placé en bons de caisse ou sur des comptes à terme est en principe protégé par les autorités jusqu’à 100.000 euros par institution financière et par personne. Une telle protection n’existe pas pour les placements en argent virtuel.

La FSMA et la Banque Nationale de Belgique ont mis la population en garde quant aux risques liés aux monnaies virtuelles.