Cotation des obligations

Vous pouvez acheter des obligations au moment où une entreprise ou un Pouvoir Public décide d’en émettre. Vous les achetez alors sur le marché primaire. Vous pouvez aussi acheter des obligations émises depuis un moment déjà : dans ce cas, vous ne les achetez pas à l’entreprise ou au Pouvoir Public qui les émet, mais à quelqu’un qui souhaite vendre ses obligations. Dans ce cas, vous les achetez sur le marché secondaire.

Acheter sur le marché primaire ou secondaire 

L'achat et la vente d'obligations s'effectuent presque toujours via un banquier ou un intermédiaire financier. Informez-vous bien auprès de celui-ci pour savoir ce que vous achetez exactement et comment fonctionne le produit.

Lorsqu’une obligation est émise pour la première fois, une valeur lui est attribuée. C’est la ’valeur nominale’. La valeur nominale n’est pas toujours la somme que vous devez effectivement payer pour acheter l’obligation. Il se peut que vous devez payer un peu plus ou un peu moins que la valeur nominale. Le prix que vous devez payer pour l'obligation s'appelle le prix d’émission.
Ex. : la valeur nominale de l’obligation est de 1 000 euros, mais le prix d’émission est de 1 010 euros. La différence de 10 euros est une 'prime d’émission’ de 1%.

Vous récupérez votre argent à l’échéance. Le montant remboursé est généralement la valeur nominale. Dans certains cas, vous percevez un petit supplément lors du remboursement : la ‘prime de remboursement'.

Vous pouvez également racheter les obligations de quelqu'un en bourse. Dans ce cas, vous achetez sur le marché secondaire. Le prix que vous payez sur le marché secondaire pour une obligation dépend de la loi de l’offre et de la demande.

Le cours : en dessous et au-dessus du pair

Le cours boursier d'une obligation s'exprime toujours en pourcentage de la valeur nominale. Lorsqu’une obligation d’une valeur nominale de 2 000 euros est cotée à 104%, cela signifie que vous devez débourser 2 080 euros pour l'acheter.
Une obligation cotée au dessus de 100 est cotée 'au-dessus du pair', et une obligation cotée en-dessous de 100 est cotée ‘en dessous du pair’.

Les intérêts courus

Si vous achetez, par exemple, une obligation affichant un taux d’intérêt de 4% à 1 000 euros au pair (à 100% donc), vous devrez vous acquitter des intérêts courus.

De quoi est-il question ? Si vous avez acheté cette obligation le 1er juin et que la date du coupon est le 1er janvier. Dans ce cas il y a 6 mois d’intérêts courus. Le vendeur de l’obligation a droit à ces six mois d’intérêts sur les obligations qu’il détenait en portefeuille. Dans notre exemple l’acheteur devra donc payer la somme de 20 euros d’intérêts courus à l’acheteur qui devra s’acquitter du précompte mobilier sur ces 20 euros. Attention, tenez compte du fait que les obligations sont cotées à un prix qui ne prend pas en compte ces intérêts courus. Tenez compte du prix de l’obligation, de sa durée, de son rating, du taux d’intérêt affiché, … mais également des intérêts courus dans votre décision d’acheter ou pas une obligation.

Les conseils Wikifin

  • Vous pouvez acheter des obligations au moment où elles sont émises (marché primaire). Vous pouvez également en acheter (et en vendre) par la suite (marché secondaire).
  • Comme pour les actions, la valeur en bourse des obligations varie en fonction de l'offre et de la demande. Les variations des cours des obligations sont généralement plus limitées que celles des actions.
  • Le prix d’émission des obligations peut différer de la valeur nominale. Si le prix d’émission est supérieur à la valeur nominale, on dit que l'émission est au-dessus du pair. Dans ce cas, votre rendement baisse, car vous payez plus que la valeur nominale que vous allez récupérer à l'échéance. Évaluez si les intérêts compensent suffisamment cette perte.