Wikifin est une initiative de la

Wikifin est une initiative de l'Autorité des services et marchés financiers. En savoir plus sur Wikifin.

hands-showing-young-plant_0.png
Dernière mise à jour

Comment épargner ou investir pour votre enfant ou petit-enfant ?

Comment s’assurer que l’argent économisé soit bien mis à disposition de l’enfant le jour « j » ? Comment éviter que cet enfant dilapide tout cet argent en futilités lors de son 18e anniversaire ? Comment des grands-parents peuvent-ils s’assurer que les (ou un des) parents ne s’accaparent pas l’argent destiné à leur enfant ?

Épargner ou investir pour un enfant afin qu’il puisse entrer dans le monde adulte avec quelques économies pour l’aider, est loin d’être une mauvaise idée, mais il est préférable de suivre nos quelques conseils pour ne pas être déçu.

Les différentes options

  • Épargner sur un compte épargne est la solution la plus facile et la plus sûre. Notre Simulateur-épargne peut vous aider à dénicher les comptes d’épargne jeunes qui offrent les meilleures conditions.
  • Mais, il n’y a pas de secret. Un compte épargne offre un rendement faible. Si vous désirez obtenir un rendement plus élevé il faudra prendre plus de risque et « investir ». Il existe différentes options. Vous pouvez passer par un produit d’assurance ou des produits financiers comme des obligations, des actions ou des fonds de placements. Si vous optez pour des obligations, des actions ou des fonds de placements vous devrez les conserver sur un compte-titres.

Que votre choix se porte sur le compte d’épargne ou l’investissement via le compte-titre, trois possibilités s’offrent à vous. Vous pouvez les ouvrir à votre nom, au nom de l’enfant ou « avec stipulation pour autrui ». Chaque formule a ses avantages et ses inconvénients.

Un compte d’épargne ou un compte-titres à votre nom

+ Vous gardez le contrôle total. Si vous avez besoin d’argent en urgence, rien ne vous empêche de retirer l’argent du compte-épargne ou de vendre des titres.

+ Vous donnez l’argent à votre (petit-) enfant au moment où vous estimez qu’il est prêt à le recevoir.

- En cas de décès, il n’y a cependant aucune certitude que l’argent ira bien à l’enfant désigné. Le capital tombe dans la succession générale et sera soumis aux droits de succession. Si vous souhaitez vous assurer que l’argent aille à votre (petit) enfant, vous pouvez le prévoir dans la planification de votre succession. Renseignez-vous auprès de votre notaire.

Si vous décédez dans les trois ans qui suivent la date de la donation d’argent ou d’investissements, des droits de succession sont également dus.

Un compte d’épargne et un compte-titres au nom de votre (petit-) enfant

+ Vous avez la certitude que l’argent ira bien à votre (petit-) enfant.

+ Le capital tombe en dehors de la succession si vous venez à décéder. Seuls les versements des trois dernières années avant le décès font partie de la succession.

- Il n’est vraiment pas évident de pouvoir vendre les titres si vous deviez avoir des difficultés financières. Pour pouvoir vendre, vous devez démontrer que cette opération se fait dans l’intérêt de l’enfant.

- À partir du 18e anniversaire du (petit-) enfant, vous perdez tout contrôle sur le compte.

Un compte d’épargne ou un compte-titres avec stipulation pour autrui

Un compte-titres avec stipulation pour autrui au profit de l’enfant ou des petits-enfants que vous désignez est une solution intermédiaire. C’est un compte à votre nom, pour lequel vous désignez un bénéficiaire : votre (petit-)enfant. Vous mentionnez également la date à laquelle le capital revient au bénéficiaire. Par exemple à son 18e anniversaire ou plus tard. Avant cette échéance, vous pouvez modifier aussi bien la date de clôture du compte que le nom du bénéficiaire, voire retirer de l’argent du compte. À l’échéance, vous donnez définitivement les fonds à l’enfant désigné et vous ne pouvez plus intervenir.

+ Cette formule offre toute certitude quant au bénéficiaire.

+ Vous déterminez le moment où le capital investi est libéré.

+ Le compte reste à votre nom et vous pouvez toujours retirer de l’argent.

- En cas de décès, le bénéficiaire devra payer des droits de succession. Le compte sera bloqué jusqu’à ce que le (petit-)enfant ait atteint l’âge qui avait été stipulé.

- Si vous décédez dans les trois ans qui suivent la date de clôture du compte, des droits de succession sont également dus, car vous avez fait donation des investissements.

Bon à savoir

Si vous optez pour un investissement via un produit d’assurance vous ne devrez pas ouvrir de compte-titres.