Que faire en cas de sinistre ?

Vous n’êtes pas un super héros ! Et il convient donc, dans toutes les situations, de d’abord veiller à votre sécurité. Puis de prévenir votre assureur. Petit guide pratique.

Que faire en priorité ?

La grêle a brisé le plafond vitré de votre véranda ? Vous découvrez un début d’incendie dans votre cuisine en rentrant du supermarché ? Intervenez uniquement si vous ne courez aucun risque. Au besoin, faites appel aux pompiers.

De manière générale, l'assuré doit prendre toutes les mesures raisonnables permettant de limiter les conséquences du sinistre. Ainsi, en cas d'inondation dans la cave, l'assuré a l'obligation de dégager et de sauver ce qui peut encore l'être.

Une fois le sinistre maîtrisé, n’hésitez pas à faire intervenir un corps de métier professionnel pour effectuer les réparations provisoires urgentes qui s’imposent. Il vous permettra de limiter les dégâts occasionnés à votre habitation. Ses honoraires sont couverts par votre assurance.

Vous avez été victime d’un cambriolage ? Prévenez la police ! Elle se rendra à votre domicile pour constater l’effraction et vous assister dans les démarches à suivre. Avant de quitter les lieux, l’agent vous remettra un procès-verbal de votre audition.

Les étapes suivantes

Vous avez l'obligation de déclarer le plus vite possible votre sinistre à votre assureur.

Votre assureur doit pouvoir évaluer rapidement et avec précision l’indemnisation à laquelle vous avez droit.

Transmettez-lui les éléments suivants :

  • des photos des dégâts occasionnés (en cas d’inondation ou d’incendie) ;
  • des photos des objets volés (assurez-vous d’avoir des photos des objets importants), des photos des portes ou des fenêtres endommagées et le PV de la police (en cas de cambriolage) ;
  • une liste complète des objets qui ont été endommagés ou volés et leur facture d’achat (si possible).

L’expertise

Vous avez envoyé toutes les informations nécessaires à votre assureur ? Il mandatera alors un expert. Ce dernier vous rendra visite pour évaluer les dégâts. C’est sur la base de son rapport que votre assureur calculera vos indemnités. Si vous estimez que le montant proposé par votre assureur n’est pas suffisant, vous avez le droit de faire appel à un contre-expert. Ce contre-expert peut être n'importe quel professionnel qui pourra donner un avis adéquat à ce propos. Ce contre-expert sera mandaté par vous en concertation avec l’assureur. En cas de désaccord sur les conclusions de ce contre-expert, un troisième expert pourra encore être désigné par les deux premiers experts. Ces trois experts décideront des conclusions du dossier par un vote à la majorité. Les frais des expertises supplémentaires sont avancés par l’assureur et seront finalement à charge de la partie à laquelle il n’a pas été donné raison.

L’indemnisation

Sauf cas particuliers (si l’assureur n’a pas reçu tous les justificatifs demandés par exemple), votre assureur dispose de 30 jours pour verser votre indemnisation, s’il y a un accord entre vous et lui. Si vous décidez d’effectuer une contre-expertise, celle-ci doit être clôturée dans les 90 jours à partir du moment où vous avez communiqué à votre assureur votre volonté de faire appel à un autre expert de votre choix. Ensuite, l’indemnité sera, en principe, versée sur votre compte dans les 30 jours qui suivent la clôture de l’ensemble de l’expertise (en ce compris les contre-expertises) ou, à défaut, dans les 30 jours qui suivent  la date à laquelle le montant des dommages a été fixé. N’oubliez pas que, dans le calcul de l’indemnité, votre assureur prendra en compte le montant de votre franchise.

Les conseils Wikifin

  • Faites appel à un corps de métier pour effectuer les réparations provisoires nécessaires afin de limiter les dégâts occasionnés à votre habitation.
  • Contactez la police en cas de vol.
  • Réunissez des justificatifs (tickets de caisse, photos…) pour permettre à votre assureur de calculer votre indemnité.
  • Envisagez une contre-expertise si vous êtes en total désaccord avec les conclusions de votre assureur.