Votre contrat d’assurance est-il à jour ?

La vie est faite de changements. Vous rénovez votre maison, vous construisez une véranda, vous achetez un objet de valeur... Tous ces événements ont un point commun : ils modifient vos besoins en assurances.

Modification du risque

Vos contrats d’assurance doivent naturellement tenir compte des évolutions qui interviennent au cours de votre vie. Comment les adapter ? Vous devez contacter votre assureur ou votre courtier. Il doit effectuer les modifications nécessaires, et adapter votre contrat et votre prime en fonction de votre nouvelle situation.

Un exemple ? Vous décidez de transformer votre vieux grenier en chambres avec salle de bain. Ces transformations apportent une plus-value à votre maison. Signalez ces changements à votre assureur ou à votre courtier. Ils augmentent en effet les risques, les montants assurés par votre assurance habitation et (éventuellement) votre prime d'assurance.

Autre exemple : vous placez des panneaux photovoltaïques sur le toit de votre maison. Si vous ne prévenez pas votre assureur de ce type de changement, vous risquez une "sous-assurance" car le montant assuré de votre habitation n’est plus suffisamment élevé. . Cela signifie qu’en cas de sinistre, vous risquez de n’être indemnisé que partiellement, par application de ce qu'on appelle la "règle proportionnelle".

La règle proportionnelle

Il s’agit d’une règle mathématique qui peut être appliquée par l’assureur en cas de sinistre si la valeur de l’habitation déclarée par l’assuré est inférieure à la valeur de l’habitation au moment du sinistre.

Exemple

Vous avez acheté une maison évaluée à 350 000 euros mais vous déclarez posséder une maison d’une valeur de 250 000 euros.

Un soir d’hiver, vous allumez votre feu ouvert et un incendie se déclare dans votre salon. Les pompiers interviennent pour éteindre le feu. Bilan : le parquet doit être remplacé ainsi que le mobilier. Le plafonnage et la peinture doivent également être refaits. Coût : 50 000 euros.

Sur la base notamment du rapport de l'expert, l'assureur se rend compte que vous n’avez pas déclaré la valeur correcte de votre maison. Celui-ci pourra par conséquent appliquer la règle proportionnelle sur le montant des dommages à indemniser. Lors du remboursement des dommages, l’assureur tiendra compte du rapport entre la valeur assurée et la valeur à neuf réelle des biens.

Soit : 50 000 (dommage) x (250.000/350.000) = 35 714 euros

Dans cet exemple, il y aura donc un peu plus de 14 000 euros de travaux qui resteront à votre charge.

Les assureurs ne peuvent pas appliquer la règle proportionnelle si vous avez établi la valeur de votre bien à l’aide de la grille d’évaluation qu’il vous a lui-même fournie. La grille d’évaluation doit toutefois être complétée correctement et être encore correcte au moment du sinistre. C’est pourquoi n’oubliez pas de de déclarer les changements éventuels apportés s’ils sont susceptibles d’avoir une influence sur la valeur de celui-ci !

Les conseils Wikifin

  • Informez votre assureur de tout changement qui pourrait avoir un impact sur vos contrats d’assurance : une rénovation, l’achat d’un meuble de grande valeur…
  • Signalez ce changement le plus rapidement possible.
  • Vérifiez votre contrat et le calcul de votre prime après modification.