Wikifin est une initiative de la

Wikifin est une initiative de l'Autorité des services et marchés financiers. En savoir plus sur Wikifin.

set-of-hands.jpg
Dernière mise à jour

Comment se partage votre succession ?

Sur cette page

Quelle est la part de votre héritage dont vous ne pouvez pas disposer librement ?

Vous ne pouvez pas faire tout ce que vous voulez de votre héritage. Ainsi, la loi protège votre conjoint et vos enfants éventuels en « réservant » pour eux une partie de votre patrimoine. Vous ne pouvez pas disposer de cette part appelée « réservataire » comme bon vous semble. Par contre, vous êtes libre de faire ce que vous voulez du reste de votre patrimoine. Cette part dont vous pouvez disposer librement s’appelle la « quotité disponible ».

Vous souhaitez en savoir plus sur la réserve et la quotité disponible ?

  • L’usufruit est le droit qui découle de l’utilisation d’un bien. S’il s’agit d’une maison, l’usufruit entraîne le droit de l’habiter ou de la louer et de percevoir les loyers
  • La nue-propriété est la pleine propriété moins l’usufruit à savoir la propriété, mais sans le droit d’utiliser le bien ou d’en profiter. Il s’agit du droit à la valeur financière.
  • En résumé : pleine propriété = nue-propriété + usufruit.

La part réservataire du partenaire

C'est d'abord pour lui qu'est calculée la part réservataire :

  • Dans le cadre d’un mariage, la réserve pour votre conjoint est constituée de l'usufruit de la moitié de votre succession, avec au minimum l'usufruit de l'habitation commune et de son mobilier.
  • Pour les cohabitants légaux il n’existe pas de part réservataire. Ils héritent automatiquement de l’usufruit de l’habitation familiale et de l’usufruit du mobilier qui s’y trouvent même si le défunt laisse des enfants ou des parents. Un testament permet toutefois de limiter cela et de déshériter le cohabitant légal. Vous pouvez également utiliser un testament pour favoriser votre cohabitant légal.
  • Pour les cohabitants de fait : ils n’ont pas de droits successoraux. Il n’y a donc pas non plus de part réservataire pour le partenaire de fait. Si vous souhaitez réellement que votre cohabitant hérite, vous devez le faire par le biais d'un testament.

La part réservataire des enfants

Chacun peut faire ce qu’il veut de la moitié de ses biens, peu importe le nombre d’enfants. Avant la réforme intervenue le 1er septembre 2018, la quotité disponible dépendait du nombre d'enfants. Ce n’est plus le cas aujourd’hui.

La part réservataire des enfants : schéma avant et après la réforme intervenue le 01/09/2018
La part réservataire des enfants : schéma avant et après la réforme intervenue le 01/09/2018

Si par testament vous touchez à l’héritage de votre conjoint ou de vos enfants, ceux-ci sont tout à fait en droit d’exiger leur part réservataire. Cela se fait par le biais d'une demande de réduction.

Vous n’avez pas d'enfant, mais des parents encore en vie ?

Dans ce cas, vos parents ont légalement des droits sur la succession à savoir un quart de votre succession (après calcul de la réserve de votre conjoint).

Attention, ce droit n’est pas une part réservataire. Via un testament ou une donation vous pouvez limiter la part de votre succession revenant à vos parents au profit d’une autre personne. Comme les parents ne sont plus des héritiers protégés, il est possible de privilégier, par exemple par testament, votre partenaire.

Attention : si vos parents sont dans le besoin, ils ont droit à une créance alimentaire.

La masse fictive = la valeur totale de votre héritage

Pour calculer la part réservataire et la quotité disponible, il faut tenir compte de ce qui est appelé la « masse fictive ». Il s’agit de la valeur totale de votre héritage au jour de votre décès.

Pour le calcul de la masse fictive, il est également tenu compte des donations que vous avez éventuellement réalisées précédemment (celles-ci sont ajoutées au calcul) et des dettes que vous pourriez encore avoir (celles-ci sont déduites).

Dans les exemples ci-dessous, nous partons d’une situation simple, dans laquelle le défunt n’a pas effectué de donations et n’a pas de dettes.

Exemple 1 :

Votre succession s'élève au total à 720 000 euros, incluant votre part dans l'habitation familiale de 250 000 euros

  • Vous avez deux enfants et pas de conjoint ? Vous pouvez librement donner ou léguer 360 000 euros (la moitié de votre héritage). Chaque enfant a droit à 180 000 euros.
  • Vous avez trois enfants et un conjoint ? Votre quotité disponible pour les enfants reste de 360 000 euros, mais la part réservataire individuelle de vos enfants diminue : ils ont chacun droit à au moins 120 000 euros. Votre conjoint a au moins droit à l’usufruit de la moitié de la succession, ou l’usufruit de l’habitation familiale.

Exemple 2 :

Votre succession s'élève à 500 000 euros et vous êtes propriétaire du logement familial dont la valeur est de 400 000 euros

Vous êtes en cohabitation légale et n’avez pas d’enfants. Vous avez cependant un neveu à qui vous aimeriez léguer quelque chose. Votre partenaire aura l’usufruit de l’habitation.

Vous pouvez rédiger un testament où vous léguez davantage à votre partenaire ou à votre neveu. Votre cohabitant légal n'est pas un héritier réservataire. Si vous souhaitez tout laisser à votre cousin ou à quelqu'un d'autre, c'est possible.

Exemple 3 :

Votre succession s’élève à 720 000 euros au total, mais votre part dans l'habitation familiale est de 500 000 euros

Vous êtes en cohabitation légale.

Selon le droit successoral du cohabitant survivant, votre partenaire hérite de l’usufruit de l’habitation familiale et des meubles.

Vos enfants sont vos héritiers réservataires : ils héritent de la nue-propriété de l’habitation familiale (500 000 euros) et la pleine propriété du patrimoine restant, soit 220 000 euros.

Bon à savoir

Vous êtes curieux de connaître quels seront les droits de succession qu’auront à payer vos héritiers ? Découvrez-le avec le Simulateur héritage de Wikifin. Il vous donnera également une bonne idée de qui héritera de quoi si vous n’établissez pas de testament.