Quels sont les risques couverts ?

Inondation, incendie, grêle, neige, catastrophes naturelles… Une assurance habitation couvre de nombreux risques.

Elle peut couvrir :

  • vos biens matériels, c’est-à-dire les dommages causés au bâtiment et à son contenu ;
  • votre responsabilité civile, pour les dommages qui seraient causés par votre faute à une autre personne (votre voisin par exemple).

Elle prévoit également des indemnités pour certains frais engagés à la suite d'un sinistre. Une assurance habitation peut être complétée de couvertures optionnelles.

Les couvertures de base, obligatoires

La loi stipule que toute assurance habitation doit couvrir, certains risques minimums, comme l’incendie, la tempête, la grêle, la pression de la neige ou de la glace, les catastrophes naturelles ou le terrorisme, ...

Ce sera le cas, par exemple, si :

  • votre gouttière est arrachée à cause d’une tempête et s’effondre sur la voiture de votre voisin ;
  • vous êtes victime d’une inondation qui démolit votre nouveau salon en tissu et vos meubles en chêne.

C’est ce qu’on appelle les couvertures de base.

Les catastrophes naturelles

La tempête, les ouragans, les raz-de-marée, les tremblements de terre sont autant d’événements provoqués par les forces de la nature et pouvant créer des dégâts considérables.

Les catastrophes naturelles font partie des couvertures de base. Rentrent dans cette catégorie les tremblements de terre, les inondations, le débordement ou refoulement des égouts et les glissements et affaissement de terrains.

Les assureurs doivent au minimum indemniser les victimes pour :

  • les dégâts causés directement aux biens assurés ;
  • les dégâts qui auraient été causés pour sauvegarder et protéger d’autres biens ou des personnes (exemple : casser des fenêtres pour venir chercher quelqu’un à l’intérieur d’une maison) ;
  • les frais nécessaires pour déblayer les débris ou pour démolir certaines ruines dans le but de reconstruire ;
  • les frais de relogement en attendant les reconstructions, pendant 3 mois après la catastrophe.

Les abris de jardin, les plantations et les véhicules ne sont généralement pas couverts.

L’assureur doit obligatoirement assurer les catastrophes naturelles dans son contrat incendie.

L’assureur a le choix entre :

  • proposer ses propres conditions et tarifs ;
  • considérer que  l’habitation que vous souhaitez assurer représente un risque élevé et dès lors vous refuser cette assurance ou vous proposer une prime ou une franchise plus élevée que le Bureau de Tarifications – Catastrophes Naturelles. Il a alors l’obligation de vous proposer les conditions du Bureau de Tarification. Les conditions, les tarifs et les franchises sont établis par le Bureau de Tarification et sont disponibles sur le site internet www.bt-tb.be. Si l’assureur vous propose les conditions du Bureau de tarification, il doit vous prévenir et vous indiquer qu’il peut consulter un autre assureur s’il n’est pas d’accord avec ces conditions.

Même s’ils proposent une assurance aux conditions du Bureau de Tarification, les assureurs peuvent refuser de couvrir le débordement ou le refoulement des égouts si votre habitation a été construite dans une zone à risque après qu’il a été stipulé par arrêté royal que cette zone est une zone à risque. dans une zone à risque. Une zone à risque est une zone sujette à de graves inondations de manière récurrente. Vous bénéficiez alors d’une garantie pour les autres catastrophes naturelles mais pas pour le débordement ou le refoulement des égouts.

Les couvertures non obligatoires

D’autres circonstances ne sont en revanche pas comprises dans les couvertures obligatoires de votre contrat d’assurance. Mais de nombreux contrats d’assurance incluent également ces circonstances. Songez à la chute d’un arbre sur votre maison, à un dégât des eaux, à un bris de vitre, aux dégâts causés par une fuite de mazout ou au cambriolage commis dans votre habitation.

Et si vous êtes responsable de dommages causés à une autre personne ?

La plupart du temps, votre assurance habitation couvrira votre responsabilité pour les dommages causés par votre habitation à d’autres.  Imaginez un instant que la gouttière de votre maison est arrachée par le vent et blesse un passant sur le trottoir, c’est votre assurance habitation qui l’indemnisera. Elle intervient tant pour les dégâts matériels que les dommages corporels.

Attention : cette couverture n'est pas obligatoire. A vous de décider si vous la souscrivez ou non, en ayant à l'esprit les risques possibles, et le montant que cela peut vous amener à devoir débourser si vous n'êtes pas assuré.