Une voiture, ça coûte cher

Stages, cours et travaux pratiques répartis sur plusieurs sites, campus difficilement accessible en transports en commun… autant de raisons qui peuvent vous pousser à acquérir une voiture pour mener à bien vos études. Les constructeurs automobiles l’ont bien compris et proposent des modèles compacts, branchés et abordables qui visent avant tout les jeunes.
 
Mais une voiture, ça coûte cher. Comptez un peu moins de 10.000 euros pour une petite citadine de base. Surtout ne pensez pas que le coût d'une voiture se limite à son prix d'achat. Il vous faudra tenir compte du prix de l'essence, des assurances, des taxes, des entretiens, ... la liste des frais est longue. Si cette voiture ne vous est indispensable que quelques jours par mois il existe d'autres solutions plus abordables . Avez-vous songé au covoiturage ou au carsharing ?
 
Vous avez pesé le pour et le contre, et les arguments "pour" l'ont emporté. Vous avez acheté une petite voiture. Il vous faut maintenant l'assurer. Pas facile de trouver un assureur conciliant lorsqu'on est jeune conducteur. Pourtant il vous faudra envers et contre tout vous assurer : c'est obligatoire. Si vous ne trouvez pas d'assureur, en dernier recours vous pouvez faire appel au Bureau de tarification auto qui fixera une prime d'assurance et désignera un organisme d'assurance pour prendre votre risque en charge. Car conduire comporte effectivement une série de risques. Il faut en être conscient avant même de prendre le volant, et bien vous renseigner sur les démarches à suivre en cas d'accident.

LES CONSEILS WIKIFIN

  • Une voiture coûte cher et son utilisation engendre de nombreux frais. Calculez bien votre budget et comparez avec d’autres solutions (vélo, transports en commun, covoiturage, etc.).
  • Pour l’assurance, faites jouer la concurrence et étudiez attentivement les différentes offres avant de faire votre choix.
  1. Si vous optez pour une voiture neuve, de nombreux constructeurs commercialisent des citadines dont le prix catalogue est légèrement inférieur à 10 000 euros. Les différentes marques proposent régulièrement des séries spéciales ou des promotions à l’occasion de journées portes ouvertes. En outre, lors du Salon de l’Auto, certains constructeurs proposent des « conditions salon » qui vous permettront de réduire quelque peu la facture. Enfin, n’oubliez pas qu’il est courant de négocier une légère ristourne auprès du concessionnaire. Celui-ci se montrera d’autant plus généreux si vos parents sont des clients fidèles. N’hésitez donc pas à vous faire accompagner au moment de discuter du prix final.

    Même avec les meilleures ristournes du marché, une voiture neuve reste une dépense très élevée. Il est peut-être intéressant de vous tourner vers le marché de l’occasion pour y dénicher la bonne affaire. Les revendeurs professionnels sont obligés d’offrir une garantie d’un an.
    Certaines marques proposent des occasions certifiées, affichant un faible kilométrage et avec une possible extension de garantie. Celles-ci s’avèrent fiables, mais un peu plus chères que les véhicules vendus par des particuliers. Si vous optez pour une voiture d’occasion, il est possible que vous deviez effectuer régulièrement de petits travaux d’entretien.

    Mode de financement

    Lorsque vous aurez trouvé la voiture de vos rêves, il faudra la financer.

    Si vous avez quelques économies, vous pourrez peut-être la payer avec vos propres deniers. Autrement, vous n’aurez pas le choix : il faudra recourir au crédit. Si tel est le cas, pensez à comparer les différentes offres avant de signer le contrat. Certains constructeurs proposent parfois des prêts à 0%. N’hésitez pas à poser la question au concessionnaire.

    Un crédit coûte de l’argent. N’oubliez pas que vous devrez rembourser le capital emprunté, mais également des intérêts.              

    Plus d’infos sur les crédits automobiles

  2. Si vous ne prenez pas garde à tous les aspects du coût de revient total d’une voiture, vous risquez de vite déchanter. Sortez la calculette : la liste est longue.

    Les taxes

    Les voitures font l’objet de nombreuses taxes dont il faudra tenir compte dans votre budget. En voici un
    aperçu :

    • la taxe de mise en circulation (TMC) est une taxe unique que vous paierez pour pouvoir utiliser votre voiture, qu’elle soit neuve ou d’occasion. Le montant dépend de la puissance et/ou de son impact environnemental et de la région dans laquelle vous êtes domicilié ;
    • la taxe de circulation est une taxe annuelle. Elle est calculée en fonction de la puissance, de la cylindrée ou le poids de la voiture ;

    L’assurance

    Pour pouvoir rouler avec un véhicule motorisé sur les routes belges, vous devez obligatoirement avoir contracté une assurance. Malheureusement, les assureurs ne raffolent pas des jeunes conducteurs. Selon les statistiques, les jeunes sont en effet plus souvent impliqués dans des accidents de la route que leurs aînés. Résultat : pour couvrir ce risque, les assureurs réclament une prime d’assurance plus élevée pour les moins de 26 ans. En tant que jeune conducteur, avec peu d’expérience, l’assurance de base de votre premier véhicule vous coûtera entre 500 et 1 000 euros par an s’il s’agit d’une « petite » voiture.

    En fonction de la valeur de la voiture, de sa puissance, d’éventuels sinistres précédents, des modules d’assurances complémentaires (omnium, etc.), la facture peut rapidement s’envoler et dépasser largement les 2 000 euros par an !

    Comme pour toute assurance, n’hésitez pas à frapper à la porte de plusieurs compagnies d’assurances et comparez les offres. La plupart d’entre elles proposent des simulations en ligne. Pensez à y jeter un œil avant d’acheter votre véhicule, histoire d’avoir déjà une idée précise du budget à prévoir pour l’assurance.

    Certaines compagnies proposent toutefois des tarifs réduits pour les jeunes conducteurs, sous certaines conditions très strictes : disposer d’une voiture de faible puissance, avoir suivi un stage de conduite, ne rouler qu’un nombre limité de kilomètres par an, etc.

    Plus d’infos sur les assurances automobiles.

    Le carburant

    À moins de vivre sur une autre planète, vous n’ignorez pas que les prix du carburant atteignent des sommets depuis plusieurs années déjà. Ainsi, si vous parcourez 30 km cinq fois par semaine au volant d’une petite citadine pour vous rendre aux cours, il faudra compter au moins 50 euros de carburant par mois… rien que pour les trajets école-domicile.

    Si vous optez pour un véhicule d’occasion à petit budget, vérifiez-en la consommation. Dans les années 90, les « petites voitures » consommaient parfois plus de 10 litres aux 100 kilomètres !

    Si vous disposez d’un budget plus conséquent, pourquoi ne pas opter pour un véhicule hybride ou électrique ? Certains modèles sont désormais plus abordables. Vous feriez ainsi d’une pierre deux coups : un geste pour l’environnement et une économie substantielle dans votre budget carburant !

    Le parking

    Tous les établissements ne proposent pas un parking pour les étudiants. Et quand c’est le cas, il est souvent rempli. Dès lors, se garer en ville peut représenter un coût supplémentaire, qui peut atteindre jusqu’à 100 euros par semaine.

    Les conseils Wikifin

    • Une voiture coûte cher et son utilisation engendre de nombreux frais. Calculez bien votre budget et comparez avec d’autres solutions (vélo, transports en commun, covoiturage, etc.).
    • Pour l’assurance, faites jouer la concurrence et étudiez attentivement les différentes offres.
  3. Si la voiture ne vous est utile que pour des périodes limitées, il peut être intéressant d’envisager d’autres solutions.

    Le carsharing

    La pratique consiste à partager un véhicule à plusieurs. Concrètement, vous payez un abonnement mensuel pour pouvoir profiter d'un tel service. Lorsque vous avez besoin d’une voiture, vous pouvez la réserver par téléphone ou par Internet. À la fin du mois, vous recevez la facture qui reprend le décompte des kilomètres parcourus ou du temps d’utilisation en fonction du tarif appliqué.

    C’est une solution simple, économique et efficace si vous n’avez pas besoin d’une voiture tous les jours.

    • Plus d’infos sur le service Cambio : disponible dans plus de 25 villes à Bruxelles, en Flandre et en Wallonie.
    • Plus d’infos sur le service ZenCar : des voitures 100% électriques en auto-partage dans la Région de Bruxelles-Capitale.
    • Plus d’infos sur le service Autopia : une initiative de l’asbl Taxistop pour stimuler la création de groupes privés d’auto-partage. Vous y trouverez également plusieurs outils de simulation pour comparer les coûts d’acquisition d’une voiture avec ceux d’une voiture partagée.
       

    Le covoiturage

    Le covoiturage est la version moderne de l’auto-stop. Avec les  développements du web et des réseaux sociaux, cette pratique connaît un nouvel essor, avec de nombreux sites spécialisés.
    En pratique, vous ferez la route aux côtés d’un automobiliste généreux, moyennant une participation aux frais par kilomètre parcouru.
    C’est une manière sympathique de faire des connaissances… et des économies. De plus, le covoiturage diminue le nombre de voitures qui encombrent les routes. Pensez-y !
    Il existe de nombreux sites répertoriant les opportunités de covoiturage en Belgique : les trajets, les destinations, les dates et heures, etc. En général, il vous sera demandé de vous inscrire au préalable et d’adhérer à une charte de bonne conduite.

    Si vous transportez régulièrement des passagers dans votre voiture à titre de covoiturage, voyez avec votre assureur s'il ne convient pas d'adapter votre contrat d'assurance auto en conséquence.

  4. Nous ne vous le souhaitons pas, mais si vous utilisez régulièrement votre voiture, vous risquez d’être impliqué à un moment ou à un autre dans un accident de circulation. Que faire et quelles en sont les implications ?

    Soyez en ordre d’assurance (R.C. auto)

    L’assurance responsabilité civile (R.C. auto) est obligatoire. Elle couvre les dommages occasionnés aux tiers ainsi qu’aux biens. Autrement dit, si vous êtes responsable d’un accident, l’assurance prendra en charge les éventuelles réparations, frais médicaux et autres, etc. que vous aurez causés à la partie adverse. Inversement, si vous êtes victime d’un accident, c’est l’assurance R.C. auto de l’autre partie qui vous indemnisera.

    Rouler sans assurance R.C. auto est un délit. De plus, si vous êtes impliqué dans un accident alors que vous roulez sans assurance, la facture à votre charge risque d’être corsée ! Sans même évoquer les poursuites judiciaires…

    Plus d’infos sur l’assurance R.C. auto.

    Si vous êtes victime d’un accident causé par un conducteur qui roulait sans assurance, votre compagnie assignera ce conducteur  en justice pour obtenir une indemnisation. En ultime recours, et sous certaines conditions, vous pourrez éventuellement bénéficier d’une intervention du Fonds Commun de Garantie Automobile.

    D’autres formules d’assurances plus complètes existent sur le marché, mais ne sont pas obligatoires :

    • l’omnium couvre tous les dégâts lors d’un accident, en ce compris les dommages que vous auriez vous-même causés à votre véhicule en étant responsable de cet accident. L'omnium offre des couvertures complémentaires selon les formules en cas de vol, vandalisme, car-jacking, etc. ;
    • l’assurance conducteur couvre le conducteur en cas d’accident  ;
    • avec une assurance  protection juridique , la compagnie d’assurances facilitera une solution à l’amiable avec la partie adverse ou, à défaut, prendra en charge une partie des frais de justice.
       

    Aperçu complet de toutes les formules d’assurance auto possibles sur le portail du SPF Économie.

    Impact sur votre « bonus malus »

    Chaque compagnie d’assurances utilise désormais sa propre grille de « bonus malus » ou de « joker » pour récompenser les bons conducteurs… et inciter les autres à faire preuve de prudence. Les différentes formules sont difficilement comparables, mais en règle générale, si vous multipliez les sinistres, votre prime d’assurance aura tendance à augmenter. Au contraire, après plusieurs années sans accident, vous pourrez bénéficier d’une réduction.

    Plus d’infos sur les « bonus malus ».

    Attention : si vous êtes régulièrement impliqué dans des accidents, vous risquez d’être exclu par votre compagnie d’assurances. Il deviendra alors très difficile de trouver une autre compagnie qui acceptera de couvrir le risque que vous représentez. Plus d’informations à ce sujet dans notre rubrique : « Conducteurs non assurables »

    Plus d'infos sur la procédure à suivre en cas d'accident de la route.             
    Plus d’infos sur la procédure à suivre en cas de sinistre

    Le conseil Wikifin

    • Conservez dans votre véhicule la liste des numéros utiles à composer en cas d’accident.
  5. En conduisant sous l’influence de l’alcool ou des drogues vous mettez en danger votre vie ainsi que celle d'autres personnes. Par ailleurs vous risquez d'être sévèrement punis. C'est donc une sage décision de jouer les Bob ou Bobette et de ramener vos amis chez eux s'ils ont trop bu pour conduire ! Lorsque vous assumez la responsabilité de Bob ou de Bobette, il est préférable d’utiliser votre propre véhicule. Mais on n’a pas toujours le choix : il faut parfois prendre la voiture des copains pour les ramener chez eux en toute sécurité. Avant de prendre les clefs, vérifiez toujours que le véhicule est en ordre d’assurance RC auto. Idéalement, il devrait également être couvert par une assurance omnium qui prendra également en charge tous les passagers du véhicule.

    Certaines compagnies d’assurances prévoient des contrats qui couvrent explicitement les Bob et Bobette. Plus d'infos sur l'assurance Bob et Bobette.

    Vous trouverez de plus amples informations sur :

    Le site Internet de la campagne Bob.
    Le site de l’Institut Vias, l’ancien Institut Belge de Sécurité Routière (IBSR).

    Les conseils Wikifin

    • Désignez le Bob/la Bobette de la soirée avant de sortir et veillez à ce qu’il/elle conduise plutôt sa propre voiture.
    • Vérifier votre assurance Bob et Bobette !

     

  6. L’assurance responsabilité civile (RC auto) est obligatoire. Rouler sans RC auto est un délit qui vous attirera de graves ennuis. Néanmoins, il est vrai que certaines compagnies d’assurances hésitent à assurer les jeunes conducteurs, en particulier ceux qui ont déjà été impliqués dans plusieurs sinistres.

    Si, après avoir effectué vos recherches, vous ne trouvez pas d’assureur qui accepte de couvrir votre risque, vous pouvez vous adresser au Bureau de tarification auto. Celui-ci se chargera de fixer un tarif pour votre prime annuelle et désignera une compagnie d’assurances qui prendra en charge votre risque.

    Le conseil Wikifin

    • Ne prenez jamais le volant si vous n’êtes pas en ordre d’assurance.